Sauver Le Darfour dans le monde

APPEL URGENT À L’ACTION

Www.devp.org, 01 Octobre 2006

LE PREMIER MINISTRE PAUL MARTIN DOIT RALLIER LES DIRIGEANTS DU MONDE POUR METTRE FIN AUX CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ AU DARFOUR

Beaucoup de Canadiennes et de Canadiens ont été informés par les médias de la catastrophe humanitaire qui se déroule présentement dans le Darfour, au Soudan. Les Nations Unies en parlent comme de la pire crise humanitaire de la planète, et les groupes qui défendent les droits de la personne allèguent des crimes contre l’humanité, une épuration ethnique et un génocide. La stratégie du gouvernement du Soudan a été d’armer des milices, les Janjaweed, pour faire la guerre aux groupes rebelles du Darfour. Sous la direction du gouvernement, ces milices ont attaqué et brûlé des centaines de villages. Des troupes gouvernementales ainsi qu’un avion militaire ont été ajoutées à l’offensive des Janjaweed.

Selon les Nations Unies, environ 1,2 million de personnes ont été déplacées de force, et entre 30 000 et 50 000 autres ont été tuées au cours des raids ou sont mortes de faim ou de maladie pendant leur déplacement. On estime que 1 000 personnes meurent chaque jour. Le Conseil de sécurité des Nations Unies cherche à faire cesser ces attaques et les agences d’aide internationale tentent de répondre aux besoins des personnes déplacées. Cependant, la situation humanitaire et la sécurité dans la région demeurent extrêmement précaires. À la fin du mois de juillet, un membre du personnel de l’Église unie du Canada est allé au Darfour en mission d’évaluation pour l’Association de la Banque canadienne de grain et a confirmé la situation désespérée à laquelle font face des centaines de milliers de personnes au Darfour.

Il n’est pas simple de décrire les sources du conflit qui ont produit la crise au Darfour car elles sont très complexes. Un processus de paix est en cours mais son progrès a été interrompu et s’avère très lent. Le plus important pour l’instant est de faire en sorte que l’aide d’urgence puisse être acheminée aux personnes qui en ont besoin et que les Janjaweed soient désarmés et maîtrisés. Le gouvernement soudanais doit également cesser d’inciter les milices à la violence et mettre fin à ses propres attaques de civils. Il faut absolument que la sécurité soit rétablie dans les camps de personnes déplacées et dans l’ensemble de la région, sinon le nombre de morts ne fera qu’augmenter.

Les Églises canadiennes ont écrit une lettre au Premier ministre Paul Martin (voir plus bas) lui demandant instamment de s’impliquer directement dans la réponse du Canada à la crise du Darfour. Par le biais des Nations Unies ou par d’autres moyens appropriés, il se doit de rallier les dirigeants du monde pour exercer une pression forte et continue sur le gouvernement soudanais afin qu’il mette fin aux atrocités du Darfour. Nous prions les Canadiens et les Canadiennes d’envoyer un courriel ou de téléphoner au bureau du Premier ministre pour lui exprimer leur inquiétude concernant la situation au Darfour, et pour l’inciter à s’impliquer personnellement et plus énergiquement dans ce dossier. Il faut lui dire que ses efforts aideront à empêcher que le Darfour ne devienne un autre Rwanda.

Bureau du Premier ministre du Canada
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2

Numéro de téléphone : (613) 992-4211
Numéro de télécopieur : (613) 941-6900
Adresses courriels : martin.p@parl.gc.ca ou pm@pm.gc.ca