Sauver Le Darfour dans le monde

Les USA appellent à un cessez-le-feu immédiat au Darfour

Afp, 01 Janvier 2008

Les Etats-Unis ont appelé lundi le gouvernement du Soudan et les rebelles à observer un cessez-le-feu immédiat au Darfour et à cesser les manoeuvres d'obstruction au difficile déploiement d'une force de maintien de la paix renouvelée.

Au même moment, le président George W. Bush a signé une loi visant à renforcer la pression économique sur le gouvernement soudanais, et a réaffirmé sa "profonde inquiétude" devant la poursuite des violences au Darfour, région de l'ouest de Soudan en proie à la guerre civile et à une grave crise humanitaire.

Une mission de paix hybride des Nations unies et de l'Union africaine (Minuad) a pris le relais lundi de la mission de la seule Union africaine (Amis), incapable depuis 2004 de contenir la violence. Les résistances du gouvernement soudanais et les difficultés à équiper la nouvelle mission approuvée en juillet par le Conseil de sécurité rendent ce transfert pour l'instant surtout symbolique.

Le porte-parole adjoint du département d'Etat, Tom Casey, n'en a pas moins salué le transfert.

"Nous appelons le gouvernement soudanais et toutes les factions rebelles à observer un cessez-le-feu total et immédiat pour faciliter le déploiement complet et rapide de la Minuad, et à coopérer pleinement aux efforts de la Minuad pour restaurer la paix et la sécurité au Darfour", a-t-il dit dans un communiqué.

"Les habitants du Darfour souffrent depuis trop longtemps", a-t-il dit, et le déploiement complet doit avoir lieu "le plus vite possible".

"Nous continuons à appeler toutes les parties, y compris le gouvernement soudanais et les mouvement rebelles, à renoncer à tout attitude d'obstruction", a-t-il dit.

Le Darfour, où la guerre civile et ses conséquences ont fait 200.000 morts depuis 2003 et ont déplacé plus de deux millions de personnes selon des estimations généralement admises, est l'une des grandes causes humanitaires du président George W. Bush.

M. Casey a affirmé l'engagement américain en faveur de la Minuad, invoquant la mise à disposition de camps, sans demande de dédommagement de la part des Etats-Unis; la mise à disposition de personnels pour le conseil ou l'assistance; et le financement d'environ le quart du budget de la Minuad à travers la contribution des Etats-Unis à l'ONU.

De son côté, M. Bush a promulgué une loi approuvée par le Congrès le 18 décembre et permettant au gouvernement fédéral et aux gouvernements locaux de se garder de traiter avec des sociétés faisant affaire avec le Soudan.

"Je partage la profonde inquiétude du Congrès devant la poursuite des violences perpétrées au Darfour par le gouvernement soudanais et les groupes rebelles", a dit M. Bush dans un communiqué publié à Crawford (Texas, sud), où il s'est retiré pour passer les fêtes de fin d'année dans son ranch.

La Maison Blanche et M. Bush ont cependant clairement laissé entendre que ce texte avait une portée limitée, alors que le régime soudanais est déjà en butte aux sanctions américaines.

M. Bush a relevé le risque que cette loi n'interfère avec la sécurité nationale, mais a dit que l'exécutif, en charge "exclusive" des affaires étrangères, devait veiller à ce que l'application n'aille pas à l'encontre des intérêts nationaux.