Sauver Le Darfour dans le monde

Des rebelles soudanais attaquent un gisement pétrolier chinois

Presse Canadienne, 11 Décembre 2007


Le Mouvement de la justice et de l'égalité (JEM) a attaqué tôt mardi un gisement pétrolier chinois dans le centre du Soudan, obligeant plus d'un millier de soldats à fuir le secteur.

Le chef du JEM Khalil Ibrahim a précisé que les rebelles avaient attaqué une garnison sur le site et poussé à la fuite trois bataillons de l'armée soudanaise, qui protégeaient les lieux.

Des sources onusiennes ont confirmé cette attaque.

Khalil Ibrahim a refusé d'indiquer s'il y avait des victimes. Selon lui, l'assaut a été donné dans le secteur de Heglig, dans la région de Kordofan, à environ 700km au sud-ouest de Khartoum. Il a ajouté qu'un grand nombre de véhicules, armes et munitions avaient été saisis.

Le chef du mouvement rebelle a précisé qu'une compagnie chinoise portant le nom "Great Wall" (la Grande muraille) gérait le gisement pétrolier. Un responsable du groupe CNPC a confirmé qu'une de ses sociétés, Great Wall Drilling, opérait au Soudan. Mais il n'avait reçu aucune information sur une éventuelle attaque.

Selon Khalil Ibrahim, les rebelles ont attaqué le gisement car ils sont hostiles à toute présence de compagnies pétrolières étrangères au Soudan. "Nous avons perpétré cette attaque à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme", a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique avec l'Associated Press au Caire.

En octobre, le JEM avait annoncé avoir lancé une attaque contre un autre gisement pétrolier géré par la Chine dans la région de Kordofan, enlevant deux employés étrangers. Ils avaient alors donné une semaine aux compagnies chinoises et autres pour quitter le pays.

Le secteur de Heglig abrite les plus importants gisements pétroliers du Soudan, avec une production estimée à 20.000 barils par jour cette semaine.