Sauver Le Darfour dans le monde

Force ONU-UA au Darfour: les Etats-Unis mettent en garde le Soudan

Le Monde, 14 Décembre 2007

L'ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, Zalmay Khalilzad, a averti jeudi le Soudan qu'il pourrait s'exposer à de nouvelles sanctions à l'ONU s'il continuait à mettre des obstacles au déploiement d'une force ONU-Union africaine (UA) au Darfour.

"Il y a une tendance de la part du gouvernement soudanais à traîner des pieds quand il s'agit de mettre en oeuvre des accords", a-t-il déclaré à la presse, à l'issue de consultations au Conseil de sécurité sur le déploiement de cette force de quelque 26.000 hommes, la Minuad, qui subit des retards.

Selon M. Khalilzad, si Khartoum ne donne pas rapidement son accord à l'inclusion dans la Minuad d'unités spécialisées offertes par la Thaïlande, le Népal et les pays nordiques, le Conseil de sécurité devra prendre une décision.

"L'éventail des options ou des outils disponibles inclut l'imposition de sanctions supplémentaires," a-t-il averti.

En octobre, Washington avait déjà menacé de pousser à l'adoption de nouvelles sanctions de l'ONU contre Khartoum, parmi lesquelles l'allongement de la liste des Soudanais frappés d'un gel de leurs avoirs et d'une interdiction de voyager à l'étranger pour leur implication dans des atrocités au Darfour.

Les sanctions envisagées incluaient également l'extension à l'ensemble du Soudan l'embargo sur les armes imposé au Darfour et l'imposition d'une zone d'interdiction de vol au dessus de cette province.

En mai, les Etats-Unis avaient annoncé des sanctions unilatérales renforcées, interdisant à davantage de compagnies, notamment pétrolières, de commercer aux Etats-Unis.

M. Khalilzad parlait après que le Conseil eut entendu un exposé du sous-secrétaire général de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, sur des contacts qu'il a eus ce weekend au sujet de la Minuad avec des responsables soudanais à Lisbonne, en marge d'un sommet euro-africain.

"Jusqu'à aujourd'hui, nous n'avons toujours pas reçu de réponse officielle du gouvernement soudanais concernant ces trois contingents" (thaïlandais, népalais et scandinave), a dit M. Mulet.

Il a également indiqué qu'il manquait toujours à la Minuad 24 hélicoptères de transport et d'attaque considérés comme essentiels pour la mobilité et l'efficacité de la force.

M. Mulet a toutefois fait état de quelques progrès sur certains aspects comme la négociation avec Khartoum d'un Accord sur le statut de la future force (SOFA) qui doit définir les termes légaux de la présence des troupes.

"Sur cette question, nous sommes convenus de placer les négociations sur un mode accéléré et nous nous rencontrons tous les jours", a-t-il dit.

Pour sa part, M. Khalilzad a souligné que sur ce point, "il n'y a pas encore de conclusion. La mise en oeuvre doit se produire".

L'ambassadeur américain a affirmé que le Conseil de sécurité ne voulait pas que la Minuad soit inefficace.

La Minuad doit prendre le 1er janvier le relais de l'Amis, la force de l'UA actuellement sur place, mal équipée et sous financée. Elle sera chargée de protéger les populations civiles sur un territoire grand comme la France livré à la guerre civile depuis près de cinq ans.