Sauver Le Darfour dans le monde

Un avocat soudnais reçoit le Prix Andrei Sakharov 2007

Afrique En Ligne, 10 Décembre 2007


L'avocat soudanais, Salih Mahmoud Osman, a reçu, mardi, le Prix "André Sakharov pour la Liberté de l'esprit", au cours d'une cérémonie solennelle au Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, en France.Accompagné de son épouse, l'heureux lauréat a été longuement applaudi au moment de son entrée dans l'hémicycle où étaient réunis plus de 700 députés européens.S'adressant à l'avocat soudanais, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pottering, a salué le vaillant défenseur des droits de l'Homme qui, dans des conditions extrêmement difficiles au Darfour, continue de défendre les victimes des violences.

"En vous remettant ce prix, nous entendons exprimer notre profonde solidarité avec les populations du Darfour", a tenu à souligner le président du Parlement européen.Pour sa part, Salih M. Osman a remercié le PE pour cette marque de reconnaissance de la lutte qu'il mène au Darfour et s'est dit très honoré de recevoir la récompense après Nelson Mandela, le premier président d'Afrique du Sud, qui fut en 1988, le premier lauréat de ce prix, qui venait d'être créé par le Parlement européen."Il n'y aura pas de paix au Darfour et au Soudan s'il n'y a pas de justice", a dit l'avocat, ajoutant que la nature des atrocités commises ne permettra jamais aux victimes et aux survivants d'oublier leurs souffrances.C'est un génocide qui se déroule au Darfour, a dit Salih Osman au cours d'une conférence de presse à l'issue de la cérémonie officielle de remise du Prix, les milices Djandjawids appartiennent à des tribus arabes qui veulent exterminer les populations noires.

"Il ne s'agit pas d'une guerre de religion parce que plus de 99% des populations du Darfour sont de religion musulmane". Selon l'avocat soudanais, les tribus arabes appuyées par le gouvernement de Khartoum chassent les populations africaines de leurs terres pour se les approprier. Au moins 45.000 combattants djandjanwids opèrent dans le Darfour, a-t-il fait savoir.L'avocat soudanais a appelé la communauté internationale à ne plus attendre et à envoyer une force d'intervention au Darfour pour assurer la protection des populations civiles, estimant à 3 millions le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays et à 2 millions celles vivant dans les camps autour des grandes villes du Darfour. Depuis 2003, a-t-il dit, au moins 400.000 personnes ont été tuées au Darfour, victimes de violences des milices djandjawids.Il a déploré l'impuissance des soldats de l'AMIS, la Force de maintien de la paix de l'Union africaine, qui a déployé sur le terrain 7.500 soldats.

Pourquoi les soldats de l'AMIS censés assurer la protection des populations ne font plus de patrouilles après 18 heures, pour respecter le cessez-le-feu imposé par le gouvernement de Khartoum, s'est-il interrogé ?Les soldats de l'AMIS sont impayés pendant plus de 5 mois, ils ne font montre d'aucune motivation pour protéger des populations civiles qui sont ainsi à la merci des milices djandjanwids.Pour lui, les 26.000 hommes de la force hybride Union africaine- ONU, doivent être déployés le plus rapidement possible au Darfour.Le président du Parlement européen s'est, lui, prononcé pour l'envoi des troupes européennes au Darfour, s'alignant ainsi, a- t-il fait observer, sur la même position que le président Nicolas Sarkozy de France.Le Prix Andrei Sakharov est doté d'une récompense de 50.000 euros.