Sauver Le Darfour dans le monde

L'ONU et le Soudan évoquent des progrès sur la force hybride pour le Darfour

Presse Canadienne, 09 Décembre 2007

Des responsables des Nations unies et du Soudan ont fait état de progrès lors de discussions sur le déploiement de la force de maintien de la paix au Darfour samedi en marge du sommet Europe-Afrique à Lisbonne, tout en s'inquiétant de "lacunes critiques" sur les capacités techniques de la force.

La force hybride ONU-Union africaine, qui devra rassembler quelque 26.000 hommes, doit prendre la relève des 7.000 soldats africains dans la province soudanaise en janvier prochain, mais manque cruellement de moyens militaires, notamment au niveau de ses capacités aériennes, que les pays européens n'ont pas réussi à mobiliser. Le commandant de la force a par ailleurs déclaré que seuls 6.500 soldats seront disponibles au 1er janvier.

Le président soudanais Omar el-Béchir, qui a jusqu'ici refusé la participation de forces non-africaines à cette mission, a fait état samedi de progrès dans les négociations concernant la composition des effectifs, et a déclaré qu'il fournirait de plus amples détails dans les jours à venir.

Dans un communiqué conjoint, le Soudan et des responsables onusiens ont déclaré que des "clarifications ont été fournies dans quelques domaines".

Les deux parties ont cependant fait était de "sérieuses inquiétudes sur des lacunes critiques dans les capacités de la force, particulièrement l'aviation militaire, et ont appelé la communauté internationale à fournir ces capacités".

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a déclaré la semaine dernière que la nouvelle force serait inefficace si elle n'héritait pas de 24 hélicoptères, essentiels au succès de la mission. Il a vivement regretté que l'ONU n'ait pas réussi à obtenir des engagements de ses membres, ne serait-ce que pour un appareil.

Le Darfour est en proie à un conflit qui a fait 200.000 morts et déplacé 2,5 millions depuis 2003.