Sauver Le Darfour dans le monde

Sommet UE-Afrique: des écrivains dénoncent la "lâcheté" face au Darfour

Afp, 04 Décembre 2007

Des écrivains africains et européens ont dénoncé la "lâcheté" des dirigeants pour leur refus de placer la crise humanitaire au Darfour soudanais et les violations des droits de l'Homme au Zimbabwe en tête de l'ordre du jour du prochain sommet entre l'Afrique et l'Union européenne.

Dans une lettre ouverte publiée mardi par des journaux africains et européens, les écrivains accusent les chefs d'Etat et de gouvernement qui seront présents au sommet du week-end prochain d'avoir manqué "de courage moral".

"Malgré les plus de 200.000 morts au Darfour et la répression brutale au Zimbabwe, aucun moment n'a été réservé pour des discussions sur ces sujets... Il est impossible d'inaugurer une nouvelle ère d'amitié entre l'Europe et l'Afrique tout en ignorant le Darfour et le Zimbabwe", ajoutent les écrivains dont Vaclav Havel, Günter Grass ou le Nigérian Wole Soyinka, premier écrivain africain à recevoir le prix Nobel de littérature en 1986.

"Pourquoi devrions-nous écouter les puissants quand ils sont sourds aux cris de douleur de ceux qui souffrent? Des millions d'Africains et d'Européens s'attendraient à ce que le Zimbabwe et le Darfour figurent en tête de l'ordre du jour. Ce n'est pas trop tard", poursuit la lettre, diffusée par Crisis Action.

L'organisation non-gouvernementale, basée à Londres, a pour notamment pour but de contribuer à éviter les conflits.

La présence au sommet du président zimbabwéen Robert Mugabe, accusé de multiples violations des droits de l'Homme, a suscité une vive controverse. Le Premier ministre britannique Gordon Brown a notamment décidé de boycotter le sommet en signe de protestation.

Quant au Soudan, son gouvernement est accusé de ne pas faire assez pour mettre fin à la guerre civile au Darfour (ouest du pays) qui a fait 200.000 morts depuis février 2003 et plus de deux millions de déplacés, selon des organisations internationales. Khartoum parle de seulement 9.000 morts.