Sauver Le Darfour dans le monde

L'urgence alimentaire guette le Darfour

Cyberpress, 22 Novembre 2007

Lorsque la proportion d'enfants sous-alimentés dans un coin de la planète dépasse 15%, les organismes alimentaires se mettent en mode d'alerte: c'est le seuil au-dessus duquel on entre dans une zone d'urgence alimentaire.

Ce seuil a été dépassé dans plusieurs régions du Darfour, où l'année 2008 risque d'être terriblement difficile, malgré le déploiement imminent d'une nouvelle force internationale.

Ce diagnostic est posé par le chef de mission pour Médecins sans frontières, Jean-Sébastien Matte, qui vient de réaliser sa troisième mission au Darfour. Et qui en est revenu plus inquiet que jamais.

«Les statistiques de malnutrition ont triplé», a raconté cette semaine ce logisticien originaire de Montréal qui était de passage au Québec cette semaine.

À l'origine de cette situation, il y a des raisons climatiques: la saison des pluies est arrivée plus tôt que prévu, ce qui a affecté les récoltes.

Mais l'exacerbation de la violence y est pour beaucoup dans les problèmes alimentaires dont souffrent de plus en plus de Darfouris, a pu constater M. Matte.

De plus en plus confuse, la situation ne cesse de se dégrader sur le terrain, où l'ancienne fracture qui opposait rebelles du Darfour aux milices du gouvernement soudanais a cédé la place à des affrontements entre une multitude de groupes - attirés plus souvent qu'autrement par l'appât du gain.

De nombreuses routes du Darfour sont devenues impraticables en raison du simple banditisme, témoigne Jean-Sébastien Matte. Il devient plus difficile d'évacuer les malades, mais aussi d'acheminer l'aide alimentaire.

Plus que ça: les attaques sur les routes et les combats entre factions dans les camps de réfugiés font sans cesse grossir les rangs des déplacés. Au cours des derniers mois, ce sont quelque 60 000 personnes qui se sont retrouvées sur les routes.

Ces nouveaux déplacés arrivent dans des communautés qui, déjà, manquent de nourriture. Les gens partagent le peu qu'ils ont. Résultat: tout le monde a faim.

«Les taux de malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans atteignent entre 15 et 30%, la situation est accablante et risque de s'aggraver en 2008», prévoit Jean-Sébastien Matte.

En janvier, quelque 26 000 soldats de l'ONU se joindront aux 7000 militaires de l'Union africaine déjà présents au Darfour. L'Europe doit aussi envoyer des soldats pour pacifier les camps de réfugiés. Mais ce déploiement a peu de chances de ramener la paix au Darfour, craint Jean-Sébastien Matte, pour qui le problème réside dans un accord de paix bancal, conclu il y a deux ans, et qui laisse de côté d'importants acteurs du conflit.