L’ENGAGEMENT DU PERSONNEL HUMANITAIRE DEMEURE MALGRÉ LES RISQUES

Departement D El'information

Onu, 02 Février 2007

DARFOUR: LA COORDONNATRICE ADJOINTE DES SECOURS D’URGENCE RÉAFFIRME L’ENGAGEMENT DU PERSONNEL HUMANITAIRE MALGRÉ LES RISQUES

En dépit des nombreux appels des Nations Unies et des ONG déployées au Darfour, de graves menaces continuent de peser sur l’opération humanitaire la plus importante au monde, a déclaré aujourd’hui la Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence, Margareta Wahlström. Le nombre d’incidents en matière de sécurité impliquant des personnes déplacées, a-t-elle indiqué, a plus que triplé depuis 2005. Elle a estimé que toutes les parties devaient agir dès maintenant pour mettre fin à ces attaques et poursuivre leurs auteurs en justice.

Treize mille travailleurs humanitaires sont basés au Darfour et s’efforcent de venir en aide à quatre millions de personnes, dont deux millions de personnes déplacées. Ce travail est entravé par le fait que de nombreuses voies d’accès à cette population sont soit coupées soit beaucoup trop dangereuses pour les emprunter, en particulier au nord et à l’ouest de la région. C’est pourquoi, le personnel humanitaire dépend des transports héliportés pour maintenir l’opération en activité dans de nombreuses zones.

Au cours des dernières semaines, des véhicules humanitaires ont été attaqués à plusieurs reprises et, le 18 décembre 2006, les locaux d’une ONG basée au Sud-Darfour ont été pris d’assaut. La mort, le 1er février, d’un membre de la Mission de l’Union africaine au Soudan dans un camp de déplacés au Nord-Darfour est venu s’ajouter à ces incidents.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) est également choqué par l’attaque perpétrée par des membres de la police gouvernementale et de la sécurité nationale contre 20 employés des Nations Unies et d’ONG, le 19 janvier, à Nyala. Mme Wahlström a fait savoir que les autorités soudanaises s’étaient engagées à faire toute la lumière sur ce terrible incident et de poursuivre les auteurs de ces actes pour signifier qu’il ne tolérerait plus ce genre d’agressions de la part de ses propres fonctionnaires.

« En dépit de ces attaques, nous sommes résolus à poursuivre notre travail au Darfour, en adaptant nos opérations de façon à garantir que les personnes les plus vulnérables reçoivent au moins le minimum d’aide », a encore déclaré Margareta Wahlstrom. Appelant de nouveau toutes les parties au calme, elle a jugé nécessaire de décréter un cessez-le-feu pour mettre un terme à quatre ans de violences continues.



Pour plus d’informations, prière de contacter Stephanie Bunker, OCHA-New York, au 1 (917) 367-5126 ou au 1 (917) 892-1679; Kristen Knutson, OCHA-New York, au 1 (917) 367-9262; Elisabeth Byrs (OCHA-Genève) au 41 22 917 2653 ou au 41 79 473 4570. Les communiqués de presse d’OCHA sont disponibles sur les sites Internet suivants: http://ochaonline.un.org / www.reliefweb.int.