Darfour : Jean-Marie Guéhenno prévoit le déploiement d'une importante force de l'ONU en janvier

Onu

Onu, 27 Juin 2006

Après une mission d'évaluation effectuée sur le terrain, Jean-Marie Guéhenno, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, a espéré aujourd'hui pouvoir déployer une force des Nations Unies au Darfour qui serait composée de trois brigades, comprenant chacune trois à cinq bataillons, à partir du mois de janvier.

« Il faut renforcer immédiatement la force de l'Union africaine (UA) déployée au Darfour jusqu'au mois de décembre », a d'abord rappelé Jean-Marie Guéhenno, lors d'une rencontre avec la presse, à l'issue de consultations avec le Conseil de sécurité sur le Soudan.

La Mission de l'UA au Soudan (MUAS) a en effet prévu de se retirer au mois de décembre.
Lors de consultations à huis clos, Jean-Marie Guéhenno a fait un bilan de la mission d'évaluation conjointe ONU/UA pour le déploiement d'une force des Nations Unies au Darfour qu'il a mené pendant 10 jours (dépêche du 13.06.06).
A l'issue de cette mission et devant les journalistes à New York, le Secrétaire général adjoint a espéré pouvoir déployer « une mission substantielle », « sérieuse », composée de trois brigades, comprenant chacune entre trois et cinq bataillons, au mois de janvier 2007.

« Mais une opération de maintien de la paix ne pourra être déployée au Darfour que si nous avons le consentement du gouvernement du Soudan », a-t-il souligné.
Le président Béchir est pour l'instant opposé à l'idée d'une telle force.
Kofi Annan a indiqué aujourd'hui qu'il avait prévu de rencontrer le président du Soudan, en marge du sommet de l'UA à Banjul en Gambie samedi, pour tenter de le convaincre (dépêche du 27.06.06).

« D'autres dirigeants africains le rencontreront aussi (...) J'espère qu'avec les autres leaders nous serons en mesure de convaincre le président du Soudan. (...) J'espère que la pression collective fera la différence », a expliqué le Secrétaire général, lors d'une rencontre avec la presse également à New York.

Jean-Marie Guéhenno a aussi rappelé la nécessité d'un « dialogue Darfour -Darfour » et la mise en oeuvre de l'accord de paix, signé le 5 mai dernier à Abuja, entre le gouvernement du Soudan et les rebelles.
Il a en effet observé une diminution de la violence dans certaines zones du Darfour depuis la signature de l'accord - pas dans le Darfour ouest.
« Nous avons besoin d'un dialogue Darfour-Darfour qui soit crédible, transparent et inclusif autant que nous avons besoin d'une force des Nations Unies », a-t-il insisté.
Le Darfour est ravagé depuis février 2003 par une guerre civile qui a fait près 300 000 morts et plus de 2 millions de déplacés.
Le Secrétaire général plaide depuis le mois de janvier pour le déploiement de casques bleus au Darfour. Le Conseil de sécurité a donné son feu vert au mois de mars (dépêche du 06.05.06).