Jan Eliasson, Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Darfour, est arrivé à Khartoum

Onu

Centre De Nouvelles De L'onu, 09 Janvier 2007

Alors que les bombardements continuent au Darfour, Jan Eliasson, nouvel Envoyé spécial du Secrétaire général chargé de trouver une solution durable à la crise dans la région, est arrivé aujourd'hui à Khartoum où il doit rencontrer les représentants du gouvernement du Soudan, a annoncé la porte-parole de l'ONU.

A Khartoum, deuxième étape de sa tournée dans la région, l'Envoyé spécial doit également rencontrer les représentants de la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS) a indiqué Michèle Montas, la porte-parole, lors de son point de presse à New York.

Jan Eliasson, qui effectue sa première mission dans la région en tant qu'Envoyé spécial du Secrétaire général, est chargé de trouver une solution durable à la crise sur la base de l'accord de paix signé en mai à Abuja par le gouvernement soudanais et une partie des mouvements rebelles.

Il a entamé hier sa mission dans la région après les consultations qu'il a tenues la semaine dernière au siège de l'ONU à New York.

Il s'est d'abord rendu à Addis-Abeba où il s'est entretenu avec le président de l'Union africaine (UA) et d'autres responsables de l'UA ainsi que de hauts responsables du gouvernement éthiopien.

Dans un communiqué publié aujourd'hui, l'UNMIS a indiqué qu'un avion Antonov appartenant au gouvernement avait bombardé les villages de Bamina et de Bahia dans le Darfour-Nord, à la frontière du Tchad.

L'incident a été condamné par l'UA dans un communiqué de presse, précise la Mission de l'ONU.

Au Darfour-Nord toujours, les forces gouvernementales ont attaqué dimanche les Forces non signataires (FNS) de l'accord de paix. Les combats ont continué lundi, rapporte encore la Mission.

Le Département des opérations de maintien de la paix a par ailleurs rencontré les pays contributeurs de troupes et de police à la phase II du déploiement des modules d'appui de l'ONU à la force de l'Union africaine au Darfour, a indiqué hier Michèle Montas, lors de son point de presse.

L'appui consiste en quelque 1 800 militaires regroupés dans des unités spécialisées et autonomes dans les domaines du transport, de l'ingénierie, des signaux, de la logistique et médical. Quelque 300 policiers, trois unités de police et des équipements de transport et de communication seront également déployés.

Comme convenu entre le gouvernement du Soudan et l'Union africaine, la priorité sera donnée aux troupes africaines et aux contributeurs de forces de police.

Au plan humanitaire, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a fait savoir qu'en 2006, plus de 450 000 nouvelles personnes ont été déplacées.

L'accès des Nations Unies aux populations touchées a chuté de 64%, le taux le plus bas depuis avril 2004. L'insécurité et le manque d'accès continuent de ralentir les opérations humanitaires.