Le Darfour en tête des priorités du Secrétaire général

Onu

Onu, 02 Janvier 2007

Le nouveau Secrétaire général Ban Ki-moon a placé aujourd'hui la crise du Darfour en tête de ses priorités, exprimant l'espoir d'une solution pacifique à un conflit qui a déjà fait plus de 2 millions de déplacés.

« La crise au Darfour est en tête de mon programme de travail. Je vais porter mon attention immédiatement sur cette question », a affirmé Ban Ki-moon devant les correspondants aux Nations Unies.

Le Secrétaire général a indiqué qu'il rencontrerait dès demain Jan Eliasson, le nouvel Envoyé spécial pour la crise au Darfour.

Kofi Annan avait annoncé la nomination de Jan Eliasson, ancien président de l'Assemblée générale, au poste d'Envoyé spécial pour la crise au Darfour, lors de sa dernière conférence de presse (dépêche du 19.12.06)

Ban Ki-moon a aussi indiqué qu'il participerait au prochain sommet de l'Union africaine (UA), lors duquel il espère s'entretenir avec le président du Soudan, Omar el-Béchir, et d'autres dirigeants africains dont le président de la Commission de l'UA, Alpha Oumar Konare.

« En m'engageant dans le processus diplomatique, j'espère que nous serons en mesure de résoudre pacifiquement le plus tôt possible cette très grave question », a affirmé le nouveau Secrétaire général.

La nouvelle porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, a par ailleurs indiqué lors de son point de presse que le déploiement du personnel de l'ONU au Darfour continuait dans le cadre d'un soutien « léger » aux forces de l'UA dans la région.

Un premier groupe de 25 membres du personnel militaire et de police des Nations Unies est arrivé le 28 décembre au Darfour pour soutenir la Mission de l'Union africaine (MUAS) qui s'efforce avec 7.500 hommes de préserver la sécurité des civils sur un territoire de la taille de la France (dépêche du 28.12.06).

Cette première phase vise au déploiement de 105 conseillers militaires, 33 conseillers de police et 48 civils. Le gouvernement du Soudan a finalement accepté mardi le déploiement d'une force hybride des Nations Unies et de l'Union africaine, portant uniforme national, casque bleu et brassard de l'Union africaine.

Les phases suivantes devront mener en définitive au déploiement total de la force mixte ONU-UA au Darfour, qui prévoit 17 000 militaires et 3 000 policiers. Khartoum est toujours opposée au déploiement d'une telle force.