Darfour: le procureur de la CPI accuse Khartoum de refuser de livrer deux suspects

Redaction

Ap, 22 Avril 2010

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé aux juges de l'instance de signaler au Conseil de sécurité des Nations unies le refus du régime soudanais de livrer un ministre et un chef de milices accusés d'atrocité au Darfour.

Dans une requête écrite qui a été rendue publique jeudi, Luis Moreno Ocampo accuse le Soudan de refuser d'arrêter le ministre des Affaires humanitaires Ahmed Harun et le chef des milices arabes Janjaweed Ali Kushayb. La cour avait délivré un mandat d'arrêt en 2007 à l'encontre des deux hommes pour 51 chefs de crime contre l'humanité et crimes de guerre.

Pour Luis Moreno Ocampo, le régime du président Omar el-Béchir, lui aussi visé par un mandat d'arrêt de la CPI pour son rôle présumé dans les atrocités au Darfour, "continue de commettre des crimes, promouvoir et protéger les personnes recherchées par la cour et harcèle toutes les personnes qui sont considérées favorables à la justice".

Le Soudan n'est pas un membre de la CPI et refuse de reconnaître sa juridiction. L'enquête de la CPI sur le Darfour avait été ouverte à la suite d'une demande du Conseil de sécurité et le procureur estime que le régime de Khartoum a une "obligation légale" de coopérer avec la CPI soulignée par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.