La situation au Darfour ne s'est pas améliorée en 4 ans, dit Ban

Louis Charbonneau, Version Française Gregory Schwartz

Reuters, 04 Avril 2008


Les violences contre les civils dans la province soudanaise du Darfour sont peut-être en train de s'aggraver, malgré le vote de sept résolutions au Conseil de sécurité de l'Onu en quatre années d'efforts pour mettre fin au conflit, déplore Ban Ki-moon.

"Il y a quatre ans cette semaine, le Conseil de sécurité s'est saisi pour la première fois du problème du Darfour", écrit le secrétaire général de l'Onu dans un communiqué.

"La situation est aussi sombre aujourd'hui qu'alors, peut-être même encore plus."

"Les violences contre les civils, y compris des femmes et des enfants, se poursuivent à des niveaux alarmants sans qu'on puisse désigner des responsables ou en voir la fin", ajoute-t-il.

Le représentant du président américain au Darfour, Richard Williamson, avait auparavant adressé à Ban une lettre dans laquelle il le pressait d'accélérer le déploiement de la Mission des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (Minuad) afin qu'au moins 3.600 soldats supplémentaires soient sur place d'ici juin.

Seuls 9.000 des 26.000 soldats et policiers prévus ont pour l'heure été déployés au Darfour.

Ban a souligné que l'action du Conseil de sécurité avait produit peu de résultats dans la province soudanaise limitrophe du Tchad.

"Alors que le Conseil de sécurité a adopté sept résolutions concernant le Darfour depuis 2004, le conflit et les souffrances de la population se poursuivent", a-t-il reconnu.

"Conséquence des attaques des forces armées et des milices, plus de 100.000 civils ont été contraints à fuir les violences lors de cette seule année, au rythme d'un millier par jour."

Les experts internationaux estiment que le conflit du Darfour a fait environ 200.000 morts et 2,5 millions de déplacés en cinq ans.

Washington parle de génocide, un terme que Khartoum réfute. Les autorités soudanaises évoquent le chiffre de 9.000 morts.