Darfour : John Holmes appelle à la cessation des attaques après les bombardements aériens

Onu

Centre Des Nouvelles De L'onu, 20 Février 2008

John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, a lancé un appel à toutes les parties à cesser les hostilités dans l'Ouest du Darfour, après la reprise hier des bombardements par le gouvernement du Soudan.

« Je suis très inquiet pour la population civile prise au milieu de cette violence », a déclaré John Holmes, dans un communiqué publié hier à New York.

« Si d'autres attaques avaient lieu, les conséquences pour 20.000 civils de la région seraient désastreuses », a-t-il prévenu.

Dimanche, le gouvernement a repris les bombardements près d'Abu Sarraw, dans l'Ouest du Darfour.

Ces nouvelles attaques mettent en danger quelque 160.000 civils dans le corridor nord qui relie El Geneina et Kulbus, dont 20.000 à Djebel Moun.

Près de 57.000 personnes ont par ailleurs été déplacées par les bombardements.

Un nombre considérable de maisons, ainsi que de nombreux bâtiments occupés par des organisations non-gouvernementales ont été pillés ou détruits.

Après la levée du blocus du corridor nord de la région imposé pendant près de deux mois par le gouvernement soudanais, les agences humanitaires ont pu mener des évaluations et livrer l'aide humanitaire à la population civile assiégée. Mais l'interdiction par le gouvernement des vols en direction des régions situées au nord d'El Geneina pendant les trois prochains jours complique les efforts humanitaires.

Par ailleurs, une nouvelle vague de violence est imminente, indique le communiqué, en raison du regroupement de forces militaires dans la zone et de nouveaux bombardements de villages.

Lors de la précédente vague de violence en décembre et janvier, les affrontements entre la faction Khalil Ibrahim du Mouvement Justice et Égalité et les forces gouvernementales avaient directement menacé la vie des civils.

Au total, plus de 300.000 civils ont fui la violence au Darfour en 2007, rappelle le communiqué, ce qui porte le nombre de personnes déplacées à 2,4 millions. Quelque 13.000 travailleurs humanitaires portent actuellement assistance à plus de 4,2 millions de personnes vulnérables dans la région.