Des centaines de civils tués en six mois au Darfour, selon l'Onu

Redaction

Reuters, 04 Décembre 2007

L'armée soudanaise et ses alliés des milices locales ont tué ces six derniers mois des centaines de civils en bombardant des localités du Darfour, selon un rapport des Nations unies rendu public mardi à Genève.

Des civils pris dans les combats entre factions rivales ont été torturés, violés et dépouillés de leurs maigres biens, ajoute ce document de 106 pages qui appelle le gouvernement de Khartoum à protéger les populations dans sa province occidentale ravagée depuis plus de quatre ans par la guerre.

Le rapport rédigé par sept experts sera présenté la semaine prochaine au Conseil des droits de l'homme de l'Onu.

"Selon les sources des Nations unies, entre le 20 juin et la mi-novembre 2007 au moins 15 attaques aériennes et terrestres ont visé des centres civils dans les trois Etats du Darfour. Ces attaques ont été menées par les forces gouvernementales, les milices qui y sont associées et la faction Minni Minawi de l'Armée soudanaise de libération", précise le texte.

Selon un décompte effectué par Reuters d'après le rapport, ces attaques ont fait au moins 300 morts.

Les experts de l'Onu soulignent qu'ils n'ont pu se renseigner sur tous les incidents en raison des restrictions de mouvements, des problèmes logistiques et de l'insécurité dans la région.

La dernière attaque signalée dans le rapport remonte au 8 octobre, quand des miliciens apparemment appuyés par l'armée ont envahi la ville de Muhajiriya, au Sud-Darfour. Une trentaine de civils ont péri et cent maisons ont été incendiées.

Fin juillet et début août, des raids de miliciens dans la région de Bulbul, toujours au Sud-Darfour, ont fait plus de 135 morts, ajoute le rapport.