L'ONU appelle la Ligue arabe à appuyer les efforts humanitaires au Soudan

Onu

Centre Des Nouvelles De L'onu, 31 Octobre 2007

Le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Ashraf Qazi a salué aujourd'hui l'engagement de la Ligue des Etats arabes (LEA) à soutenir les opérations humanitaires au Darfour, qui s'élèveront à 825 millions de dollars en 2008.

Ashraf Qazi se trouvait à Khartoum où était convoquée une conférence des donateurs de la Ligue arabe, en présence du président du Soudan, Omal El-Béchir, du secrétaire général de la LEA, Amre Moussa, et du chef de l'Autorité transitoire pour le Darfour et Premier assistant du Président Minni Minawi.

Il prenait la parole alors que se déroulent à Syrte, en Libye, la première phase des pourparlers de paix visant à mettre un terme au conflit au Darfour.

« La communauté humanitaire reste profondément préoccupée par les souffrances et l'insécurité au Darfour », a dit le Représentant spécial qui vient de quitter un poste similaire en Iraq.

« La poursuite des déplacements, l'insécurité permanente et l'accès limité au personnel humanitaire continue de peser sur les opérations et sur notre capacité à répondre aux besoins urgents des populations dans le besoin ».

Saluant le récent Communiqué conjoint conclu entre le gouvernement soudanais et l'ONU sur la facilitation des activités humanitaires au Darfour, Ashraf Qazi a souligné « que pour réussir, la réponse humanitaire dépendait des principes élémentaires d'impartialité, d'humanité et d'indépendance des acteurs humanitaires ».

Il a aussi rappelé, en conclusion, que « les efforts au Darfour s'inscrivaient dans le cadre des efforts dans tout le Soudan ».

A cette conférence, le Représentant spécial adjoint, Ameerah Haq, a rappelé que les besoins humanitaires pour le Darfour, estimés à 650 millions de dollars pour 2007, restaient « immenses ».

« Il est prévu qu'ils s'accroissent pour atteindre 825 millions de dollars en 2008 », a rapporté la porte-parole adjointe du Secrétaire général.

Le conflit au Darfour a fait depuis 2004 plus de 200.000 morts et causé le déplacement de plus de 4 millions de personnes à la merci de l'assistance humanitaire internationale.

Il tire en grande partie son origine dans un conflit entre des milices arabes et nomades armées et soutenues par le gouvernement central islamiste de Khartoum, les janjawids et divers groupes rebelles du Darfour, qui représentent une population en grande majorité musulmane, noire et traditionnellement agricole.

Les populations civiles victimes des razzias, qui ont perdu leurs terres et leurs villages, se plaignaient de longue date d'un abandon complet des autorités de Khartoum pour ce qui est des services de base fournis par l'Etat.

L'Accord Nord-Sud signé en 2005 à Naivasha avait, lui, permis de mettre fin à près de 20 ans de conflit entre les Etats du Sud du Soudan, traditionnellement chrétiens et animistes et peuplés de populations noires, et le gouvernement de Khartoum, face à sa tentative d'imposer la charia, la loi islamique d'interprétation stricte, à tout le pays.

L'exploitation des ressources naturelles du Sud sans retombée pour la population, voire la répression des populations pour s'emparer de ces ressources, ont été aussi à l'origine de ce conflit qui a fait près de deux millions de morts.