Darfour, Somalie, Sierra Leone : le Conseil mobilisé sur les processus politiques en cours

Onu

Centre De Nouvelles De L'onu, 03 Août 2007

Les derniers développements dans les domaines du maintien de la paix, de la réconciliation politique et de la prévention des conflits figureront en tête de l'ordre du jour du Conseil de sécurité, a déclaré son Président pour le mois d'août l'Ambassadeur de la République du Congo.

Pascal Gayama a indiqué qu'en dépit d'un programme de travail habituellement plus léger pendant cette période de l'année, les membres du Conseil suivraient étroitement des évènements importants, notamment les négociations préalables aux pourparlers de paix au Darfour avec les mouvements rebelles soudanais qui n'ont pas signé les accords antérieurs.

Ces pourparlers, qui se tiendront à Arusha, en République-Unie de Tanzanie, sous l'égide des Envoyés spéciaux des Nations Unies et de l'Union africaine, revêtent une importance cruciale après l'autorisation du Conseil de sécurité, mardi dernier, de déployer une opération hybride UA-ONU en vue de mettre fin aux hostilités.

Pascal Gayama a ajouté que le Conseil tiendrait mercredi prochain des consultations à huis clos sur les conclusions de ces pourparlers, avant d'examiner, à la fin du mois, le premier rapport périodique du Secrétaire général sur les modalités du déploiement de la Mission des Nations Unies au Darfour.

Les membres du Conseil suivront également de près la situation en Somalie, où le Congrès de la réconciliation nationale s'est réuni à Mogadishu. Les institutions de transition somaliennes ont toujours besoin du soutien de la communauté internationale, a souligné le Président.

Il a annoncé que des consultations du Conseil étaient d'ores et déjà prévues le 13 août, pour envisager de relayer le commandement de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM).

S'agissant des élections qui doivent se tenir en Sierra Leone dans le courant du mois, Pascal Gayama a déclaré que le Conseil se prononcerait officiellement sur les résultats du scrutin dès qu'ils seront connus.

Ses membres suivront également avec attention la phase initiale du déploiement, au Tchad et en République centrafricaine, de troupes européennes chargées de soutenir les Nations Unies dans leurs efforts d'assistance auprès des réfugiés soudanais du Darfour. Cela pourrait bien devenir l'autre « opération hybride » dans la région, a fait observer le Président.

Répondant aux questions des journalistes à New York, l'Ambassadeur du Congo a rappelé aux journalistes que le Conseil avait dans un premier temps envisagé le déploiement d'une force des Nations Unies dans l'est du Tchad, et qui aurait également opéré dans le nord-est de la République centrafricaine, mais que le Gouvernement tchadien s'y était montré réticent.

La possibilité de déployer une opération multidimensionnelle chargée de s'attaquer aux causes du conflit le long de la frontière entre ces deux pays avait également été évoquée, a-t-il poursuivi.

Après le consentement donné par le Gouvernement du Tchad à l'Union européenne de déployer des troupes dans l'est du pays, l'ONU réfléchit maintenant aux moyens de coopérer au mieux avec ces troupes.

La recrudescence de la violence en République démocratique du Congo (RDC) restait en tête des priorités du Conseil pour le mois d'août.

Il a expliqué qu'après avoir prorogé jusqu'au 10 août les sanctions sur les armes et le mandat du Groupe d'experts chargé d'en surveiller l'application, le Conseil envisage désormais de nouvelles dispositions pour mettre fin à la crise dans ce pays.

Par ailleurs, le Conseil attend les propositions du Secrétariat pour se prononcer sur les modalités de la participation des Nations Unies à l'enquête sur la tentative d'assassinat perpétrée contre le Premier Ministre ivoirien, Guillaume Soro.