Arche de Zoé: Sarkozy à N'Djamena, journalistes et hôtesses libérés

Redaction

Afp, 04 Novembre 2007

Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé dimanche à N'Djamena au moment même où un juge tchadien ordonnait la libération des trois journalistes français et des quatre hôtesses de l'air espagnoles incarcérés au Tchad dans l'affaire de l'Arche de Zoé.

M. Sarkozy, dont l'avion a atterri peu après 14H00 (13H00 GMT), a été accueilli à l'aéroport de la capitale tchadienne par le président Idriss Deby Itno, a constaté un photographe de l'AFP.

Après un bref entretien dans le salon d'honneur de l'aéroport, les deux chefs d'Etat ont pris la direction de la présidence tchadienne, où ils ont eu de nouvelles discussions et devaient ensuite tenir une conférence de presse commune.

Parallèlement, le juge d'instruction chargé du dossier de la tentative de transport du Tchad vers la France de 103 enfants a notifié à l'avocat des journalistes français "la main levée du mandat de dépôt conformément aux articles 248 et 249 du code de procédure pénale".

Cette mesure concerne les trois reporters ainsi que les quatre hôtesses espagnoles, a précisé à l'AFP Me Jean-Bernard Padaré, défenseur des journalistes français Marc Garmirian (agence Capa), Jean-Daniel Guillou (agence Synchro X) et Marie-Agnès Peleran (télévision France 3 Méditerranée).

Ils n'ont toutefois pas encore bénéficié d'un non-lieu partiel et restent inculpés dans l'affaire de l'Arche de Zoé, a ajouté l'avocat. "Ils peuvent quitter le Tchad", a-t-il conclu.

Ces sept personnes sont ensuite arrivées à l'aéroport peu après 14H30 (13H30 GMT), où elles devaient embarquer dans l'avion du président français pour rentrer en Europe, selon des sources officielles tchadiennes.

Le président Deby avait "souhaité" jeudi la libération des journalistes et des hôtesses, arrêtés le 25 octobre à Abéché, dans l'est du Tchad, alors que l'association française Arche de Zoé s'apprêtait à embarquer dans un avion à destination de la France 103 enfants de la région.

En tout, neuf Français (les trois journalistes et six bénévoles de l'association), les sept Espagnols de l'équipage de cet avion (les quatre hôtesses, un stewart, un pilote et un copilote), un pilote belge et quatre responsables tchadiens ont été inculpés et incarcérés au Tchad pour "enlèvement d'enfants", "escroquerie" ou "complicité".

Le stewart espagnol n'a pas été libéré "car il ne sera entendu au fond que lundi" par le juge, a expliqué Me Padaré.

Les personnes inculpées encourent entre cinq et vingt ans de travaux forcés.

L'Arche de Zoé présente les 103 enfants comme des "orphelins" du Darfour, région soudanaise en guerre civile, ce que contredisent les premiers résultats d'une enquête menée par des organisations humanitaires internationales.