Le Soudan n'accepte pas davantage de pays dans la force hybride au Darfour

Redaction

Xinhua, 01 Novembre 2007

Le Soudan a exprimé samedi son désaccord avec l'idée de permettre à plus de pays que ce qui est prévu dans un récent accord avec les Nations Unies et l'Union africaine à participer la future force hybride de maintien de la paix pour le Darfour.

Ali al-Sadig, porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères, a déclaré au Centre des médias soudanais (SMC) que selon cet accord, seules les troupes du génie de cette force viendraient de Thaïlande et de Chine.

"Le Soudan ne s'intéresse pas aux pays qui n'ont pas été mentionnés dans l'accord", a-t-il dit.

Le gouvernement soudanais, l'ONU et l'UA avaient conclu un accord en juin dernier à Addis Abeba, selon lequel la plupart des 26.000 militaires de la force hybride pour le Darfour proviendront de pays africains.

La force hybride devrait être déployée au Darfour en fin de l'année, selon une solution adoptée le 31 juillet par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Jeudi, les Etats-Unis ont averti que le Soudan risque d'autres sanctions s'il n'accepte pas davantage de pays non-africains dans la force hybride.