Des médiateurs verront les rebelles du Darfour absents de Syrte

Redaction

Reuters, 30 Octobre 2007

Les rebelles du Darfour qui boycottent la conférence de paix de Syrte, en Libye, vont recevoir une délégation de l'Union africaine et de l'Onu mais n'ont guère laissé espérer qu'ils allaient changer d'avis.

L'équipe de médiateurs Onu-UA a annoncé mardi à Syrte qu'elle allait envoyer des émissaires au Soudan auprès des chefs rebelles absents de la réunion, "dans le cadre de la poursuite du processus de négociation", a précisé le porte-parole de l'UA, Noureddine Mezni.

"Nous consultons ceux qui sont ici à Syrte et nous consulterons aussi ceux qui ne sont pas ici", a-t-il ajouté.

Il n'a pas précisé quand aurait lieu la rencontre avec les dirigeants rebelles qui boycottent la réunion ouverte samedi dans la ville libyenne.

Le Mouvement Justice Egalité (JEM) et l'Armée de libération du Soudan (SLA) Unité, qui ont refusé d'aller en Libye, sont les groupes rebelles les plus actifs sur le terrain.

"Que la délégation UA-Onu vienne si elle veut, cela ne changera rien à la réalité", a déclaré mardi à Reuters le principal négociateur du JEM, Ahmed Tugod Lissan, qui est resté au Darfour.

"S'ils veulent nous faire venir à Syrte, il faut que les autres factions partent et qu'il n'y ait que deux délégations, une du JEM et une de la SLA Unité", a-t-il ajouté.

La SLA Unité a en outre fait savoir qu'elle aurait besoin d'un ou deux mois pour réunir ses cadres et former sa délégation.

"Nous voulons avoir le temps de nous concerter et nous voulons que toutes les factions de la SLA s'unissent sous une seule direction et forment une délégation unique", a dit le chef de la SLA-Unité, Abdallah Yehya.

Des délégations rebelles et gouvernementale ont entamé samedi à Syrte des pourparlers pour tenter de trouver une solution à un conflit qui a fait 200.000 morts en quatre ans et demi dans la province occidentale soudanaise mais l'absence des principaux groupes rebelles compromet les chances de succès de cette réunion.