Pour un changement du mandat de l'AMIS

Redaction

Afrique En Ligne, 03 Octobre 2007

Le parti nigérian Action Congress (AC, opposition) a souhaité l'implication du Nigeria dans l'initiative pour le changement du mandat de la Mission de l'Union africaine au Soudan (AMIS) afin que ses soldats puissent se défendre contre les attaques rebelles.

Cet appel est contenu dans un communiqué rendu public mercredi à Abuja par le porte-parole du parti, Lai Mohammed, suite au meurtre, le week-end dernier, de sept soldats nigérians de l'AMIS lors d'une attaque rebelle contre leur base, dans le sud Darfour.

"Comme nous l'avons vu dans cette attaque massive contre seulement 200 soldats de l'AMIS par plus de 2 000 rebelles, c'est stupide de déployer des soldats dans un environnement aussi hostile qu'est devenu le Darfour sans leur donner le mandat ou les moyens de se défendre eux-mêmes".

"Nous demandons par conséquent au gouvernement nigérian de défendre les initiatives pour le changement du mandat de la mission afin que les soldats puissent se défendre contre d'autres attaques", lit-on dans ce communiqué, dont la PANA a reçu copie.

AC demande aussi le déploiement rapide de la force hybride UA/ONU de 26.000 hommes qui prendra le relais de l'AMIS dans cette région troublée de l'ouest du Soudan.

Le parti d'opposition a exprimé "sa consternation et sa tristesse" face à cette attaque dans laquelle sept soldats nigérians ont été tués et trois autres portés disparus.

Au moins dix soldats de l'AMIS ont péri dans cette attaque, qui a suscité de nombreuses condamnations au Nigeria et à travers le monde.

Le président nigérian Umaru Yar'Adua a envoyé une délégation militaire au Soudan pour obtenir un compte rendu de première main de cette attaque et de rapatrier les corps des soldats.

Le Sénat nigérian a aussi convoqué l'ambassadeur du Soudan à Abuja pour s'expliquer sur les raisons de cette attaque.