Darfour: Washington opposé à un financement par l'ONU de la force de l'UA

Afp

Afp, 25 Octobre 2006

Les Etats-Unis sont opposés à l'idée arabe de faire financer par l'ONU la force de l'Union Africaine (UA) au Darfour, a indiqué mardi le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack.

"Notre opinion, et elle est partagée par beaucoup, est qu'il faut une force de l'ONU", a déclaré M. McCormack, interrogé au cours d'un point de presse sur la suggestion égyptienne de maintenir la force de l'UA déjà déployée au Darfour en lui donnant davantage de moyens, grâce à un financement de l'ONU.

"Il est prévu que la force de l'UA reste le coeur d'une force de l'ONU", a ajouté le porte-parole. "Mais pour quelques raisons très pratiques et d'autres relatives aux résolutions du Conseil de sécurité, il est préférable d'avoir une force de l'ONU".

Parmi ces raisons, il a cité la nécessité d'assurer la continuité du financement de cette force et la possibilité de la renforcer par des éléments non-africains.

Le président soudanais Omar al-Béchir refuse le déploiement de Casques bleus au Darfour, prévu dans la résolution 1706 du Conseil de sécurité adoptée le 31 août, estimant qu'il s'agirait d'une "atteinte à la souveraineté" de son pays.

En milieu de journée, la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, n'avait pas encore téléphoné au secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, au sujet de l'expulsion de l'émissaire des Nations unies à Khartoum, Jan Pronk, comme elle l'avait annoncé la veille.

"Elle prévoit toujours d'appeler M. Annan", a assuré M. McCormack. "Mais leurs emplois du temps respectifs ne l'ont pas encore permis".

Mme Rice a participé en fin d'après-midi à la Maison Blanche à une réunion avec l'émissaire du président George W. Bush au Soudan, Andrew Natsios, qui rentre juste d'une tournée d'une dizaine de jours au Soudan et en Egypte.

Le Conseiller à la sécurité nationale du président George W. Bush, Stephen Hadley, et la secrétaire d'Etat adjointe aux Affaires africaines, Jendayi Frazer, ont également participé à cette réunion, a indiqué le porte-parole de la sécurité nationale, Frederick Jones.

"Ils se sont réunis pour discuter de la tournée de l'émissaire dans la région et de la question du Darfour", a ajouté M. Jones.