Darfour: Gordon Brown et Nicolas Sarkozy veulent "redoubler d'efforts"

Redaction

Afp, 01 Septembre 2007

Le Premier ministre britannique Gordon Brown et le président français Nicolas Sarkozy se sont engagés a "redoubler d'efforts" pour tenter de contribuer à un règlement de la crise du Darfour (ouest du Soudan), dans un article commun publié vendredi dans The Times.

Dans le quotidien, MM. Brown et Sarkozy estiment que la situation au Darfour "demeure complètement inacceptable" et affirment que c'est "la combinaison d'un cessez-le-feu, d'une force de maintien de la paix, de l'aide économique et de la menace de sanctions qui pourra apporter une solution politique à la région".

Cet article de MM. Brown et Sarkozy est publié au moment où le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé un appel pressant les pays membres de l'organisation à fournir au plus vite soldats et équipements à la force "hybride" des Nations unies et de l'Union Africaine (UA) de 26.000 hommes, devant se déployer au Darfour.

Cette force, dont la création a nécessité des mois d'efforts pour convaincre le président soudanais Omar el-Béchir, ne devrait pas être déployée avant 2008.

"Dans les semaines et mois à venir, nous nous engageons, en tant que leaders, à redoubler d'efforts pour obtenir de nouveaux progrès", expliquent MM. Brown et Sarkozy.

Ils relèvent qu'un "fossé demeure entre ces efforts engagés par la communauté internationale et la situation dramatique qui continue de prévaloir sur le terrain".

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour a fait 200.000 morts et deux millions de déplacés, selon l'ONU, des chiffres contestés par le Soudan qui parle de 9.000 morts. Washington a dénoncé un "génocide" et menacé Khartoum de nouvelles sanctions s'il ne respecte pas la résolution sur le déploiement de la force internationale.

M. Brown et Sarkozy se disent aussi prêts à travailler ensemble à de nouvelles sanctions "à l'encontre de ceux qui ne respecteraient pas leurs engagements, feraient obstacle au règlement politique ou continueraient de violer le cessez-le-feu".

Ils appelent "vivement le gouvernement du Soudan et tous les chefs rebelles à s'engager pleinement et sincèrement" dans un processus pour un règlement politique.

MM. Brown et Sarkozy insistent également sur le nécessaire déploiement d'une autre force internationale dans l'est du Tchad où vivent quelque 400.000 réfugiés du Darfour et déplacés tchadiens, et où la situation humanitaire est parfois pire qu'au Darfour voisin. Un projet de résolution de l'ONU est en cours pour la création d'une telle force mixte ONU-UE dans cette région.

Ils se disent prêts à "apporter une aide économique substantielle" dès que les conditions de sécurité "le permettront".

Ils indiquent également que la secrétaire d'Etat française chargée des Droits de l'Homme, Rama Yade, et le ministre adjoint britannique des Affaires étrangères, Lord Mark Malloch-Brown, devraient se rendre dans les prochains jours au Soudan, y compris au Darfour.

Une réunion présidée par l'UA et l'ONU doit se tenir à New York le 21 septembre sur le Daarfour. M. Ban Ki-moon entreprend dans trois jours une tournée au Soudan, au Tchad et en Libye pour appuyer le déploiement de la force internationale, qui sera la plus importante mission de maintien de la paix de l'ONU dans le monde.