Soudan: RSF dénonce la censure contre six journaux privés

Redaction

Afp, 27 Août 2007

Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé vendredi de nouvelles mesures de censure imposées par Khartoum à six quotidiens privés dans le but, selon l'organisation, d'étouffer l'arrestation de personnes soupçonnées de préparer des attaques.

"Il y a près d'un an, le vice-président (soudanais) avait annoncé la levée officielle des mesures de censure", débute RSF dans un communiqué.

"Aujourd'hui, nous sommes au regret de constater que cette pratique perdure en dépit des promesses du président Omar el-Béchir d'oeuvrer pour la démocratisation de son pays", poursuit-il.

Selon l'organisation basée à Paris, "les premières victimes (de la censure) sont toujours les publications privées arabophones".

Mardi, les autorités soudanaises avaient ordonné la confiscation de tous les exemplaires du quotidien Raï al-Chaab, l'organe du Congrès populaire, un parti de l'opposition islamiste soudanaise.

Cinq autres quotidiens arabophones indépendants ont été victimes de censure le même jour, selon RSF.

Aucune explication n'a été fournie par les forces de sécurité pour expliquer la mesure visant Raï-al-Chaab, avait affirmé mardi à l'AFP le rédacteur en chef du journal, Yassine Omar Imam.

Il n'avait pas écarté l'éventualité que l'opération soit liée à l'évocation par le quotidien de projets d'attentats contre les ambassades américaine, britannique, française et contre la représentation des Nations unies à Khartoum.

Huit Soudanais, soupçonnés d'être impliqués dans ces projets, ont été arrêtés le 18 août.

Les services de sécurité ont interdit de publier tout article faisant référence à cette affaire, officiellement pour ne pas perturber l'enquête, selon RSF.