Le déploiement d'une force au Darfour, «un défi sans précédent»

Redaction

Afp, 11 Août 2007

Le déploiement d'une force hybride ONU-Union Africaine au Darfour constitue un «défi sans précédent», estime le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des opérations de maintien de la paix Jean-Marie Guéhenno, dans une interview publiée vendredi par le quotidien Ouest-France.


Taille du texte
Imprimer
Envoyer
À consulter aussi
Lisez d'autres articles sur ces sujets :

Négociations de paix (99%)


Aide internationale (83%)


Onu (78%)


Jean-Marie Guéhenno (75%)


À consulter aussi

«C'est d'abord la première opération conjointe avec l'Union africaine», relève M. Guéhenno, qui dirige le département des opérations de maintien de la paix (DPKO) de l'ONU.

«Ensuite, le Darfour est l'une des régions les plus enclavées d'Afrique. Il y a un défi logistique à déployer des milliers d'hommes avec leur équipement, loin de toute côte, avec des infrastructures en mauvais état et de capacité limitée. Cette partie du Soudan est en proie à la sécheresse, le ravitaillement en vivres et en eau va être très compliqué».

«Enfin, ajoute le patron des Casques bleus, comment avoir un impact solide sur un territoire immense, peu peuplé, avec des villages très dispersés. Comment s'assurer qu'il n'y a pas d'horreurs qui se commettent?»

M. Guehenno juge également qu'il faudra «compenser le relatif manque de soldats par la mobilité et la puissance de feu. Il faut des hélicoptères d'attaque, de transport, pour avoir la réactivité nécessaire».

À terme, estime-t-il cependant, il faudra pour mener cette opération «nettement plus d'hommes» que les 26 000 soldats et policiers prévus actuellement.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté le 31 juillet dernier le déploiement d'une force mixte ONU-Union africaine dans la province soudanaise du Darfour, théâtre depuis 2003 d'un sanglant conflit entre le pouvoir central et des mouvements rebelles. Ce conflit a fait environ 200 000 morts et 2,1 millions de personnes déplacés, selon l'ONU.