Rama Yade ira au Darfour

Redaction

L'est Républicain, 31 Juillet 2007


La secrétaire d'Etat française a l'intention d'évaluer les besoins des ONG.
La secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et aux Droit de l'Homme Rama Yade a déclaré hier qu'elle comptait se rendre rapidement au Darfour, peut-être dès la fin août, pour se pencher sur la situation des enfants victimes du conflit dans cette province soudanaise.
Mme Yade a fait cette annonce à l'issue d'une réunion avec 18 organisations humanitaires qui travaillent au Darfour, consacrée aux enfants qui, a-t-elle souligné, représentent la moitié des deux à trois millions de personnes déplacées.

« Je voudrais me rendre sur place le plus vite possible pour faire le point sur les moyens et les besoins des organisations humanitaires », a-t-elle déclaré, en précisant qu'elle espérait s'y rendre vers la fin du mois d'août.
Mme Yade a relayé l'appel des ONG pour que celles-ci soient mieux protégées, afin notamment de pouvoir se rendre dans les zones rurales ou montagneuses où elles rencontrent les plus grandes difficultés d'accès.
La secrétaire d'Etat a également indiqué qu'elle allait lancer un « appel à projets » auprès des organisations humanitaires opérant sur le terrain pour pouvoir répondre à leurs besoins de financement. Elle a ajouté qu'elle allait également s'employer à davantage coordonner les actions gouvernementales, parlementaires et locales en faveur du Darfour.
Elle s'est par ailleurs déclarée « plus que réservée » vis-à-vis de l'initiative d'une petite association, l'Arche de Zoé, qui veut faire évacuer des enfants du Darfour pour les faire adopter par des familles françaises.
Plutôt que de « sortir des enfants de leur environnement, il faut d'abord rechercher des solutions communautaires ou familiales » sur place, a-t-elle dit, en faisant également valoir que le Soudan ne reconnaissait pas l'adoption internationale. « Aucune organisation de terrain n'est favorable » à cette idée d'évacuation des enfants, a-t-elle ajouté.

Augmenter la pression

De leur côté, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a déclaré hier que le président américain George W. Bush et lui-même étaient tombés d'accord pour « augmenter » la pression pour mettre fin à la violence dans la province soudanaise du Darfour. « Le Darfour est la pire catastrophe humanitaire au monde aujourd'hui. Je me suis mis d'accord avec le président pour que nous augmentions notre pression pour mettre fin à la violence », a déclaré M. Brown à la résidence de Camp David (Maryland, est), près de Washington.
« Nous nous sommes mis d'accord pour accélérer l'adoption de la résolution de l'ONU pour une force de maintien de la paix conjointe ONU/Union africaine. Nous nous sommes accordés pour encourager des négociations de paix précoces », a-t-il ajouté.