L'ONU accuse Khartoum de bombarder le Darfour

Reuters

Reuters, 22 Septembre 2006

Les observateurs des Nations unies ont accusé l'armée de l'air soudanaise de bombarder des villages dans le nord du Darfour, tuant des civils et faisant des centaines de déplacés.

"Des civils de villages dans le nord du Darfour sont forcés de fuir en raison des bombardements aériens aveugles des avions gouvernementaux", a déclaré Jose Luis Diaz, porte-parole de l'Onu pour les droits de l'homme, lors d'une réunion à Genève.

Des témoins ont ainsi raconté que près de 400 personnes s'étaient rendues dans un camp de réfugiés au Rwanda après des bombardements près de Tabarat, dans le nord du Soudan, les 9 et 10 septembre.

Le dernier rapport des observateurs de l'Onu qui couvre la première moitié du mois de septembre, intervient alors que Khartoum est sujet à des pressions accrues pour accepter le déploiement de 20.000 casques bleus au Darfour.

Les observateurs ont également indiqué que les femmes étaient victimes de viols et d'abus sexuels de la part des militaires ou des "djandjaouids" aux abords des camps de réfugiés dans le sud du Darfour, a ajouté Diaz.

"C'est presque devenu un cliché: des femmes sortent des camps pour ramasser du bois ou faire un peu de commerce et elles se trouvent alors exposées aux agressions de ce que l'on dit être du personnel militaire ou des miliciens", a-t-il décrit.

A Kabkabiya, dans le nord du Darfour, un soldat a été accusé d'avoir violé une fillette de 11 ans et été condamné à cinq ans de prison.

Jeudi, les Nations unies ont demandé que les armes se taisent pendant le mois du Ramadan musulman afin de permettre aux travailleurs humanitaires d'accéder aux zones les plus meurtries.