Londres et Accra préparent un projet de résolution sur la force ONU-UA

Redaction

Afp, 28 Juin 2007

La Grande-Bretagne et le Ghana préparent une résolution pour autoriser le financement de la force de maintien de la paix qui doit être déployée dans la province soudanaise du Darfour par l'Union africaine et l'ONU, ont annoncé mercredi des diplomates.

"La Grande-Bretagne travaille, avec le Ghana, sur une résolution et j'espère la présenter (au Conseil de sécurité) cette semaine", a indiqué à des journalistes l'ambassadeur britannique aux Nations unies, Emyr Jones Perry.

Il a exprimé l'espoir que l'Assemblée générale de l'ONU entérine ensuite rapidement le financement de la force hybride.

L'ambassadeur belge Joahan Verbeke qui préside le Conseil de sécurité en juin a confirmé que le projet de résolution britannico-ghanéen serait présenté aux 15 membres du Conseil d'ici la fin de la semaine.

Le secrétaire général adjoint pour les opérations de maintien de la paix, Hedi Annabi, a précisé que si la résolution était adoptée, vraisemblablement début juillet, son équipe commencera à travailler pour finaliser le déploiement de la force ONU-UA qui n'est pas attendu avant le début de l'an prochain.

Le but affiché de la communauté internationale est de remplacer l'actuelle force africaine au Darfour, composée de 7.000 hommes mal équipés et sous-financés, par cette force hybride ONU-UA.

Une fois déployée dans cette province de la taille de la France, cette force sera la plus importante mission de paix au monde actuellement: entre 17 et 20.000 soldats, majoritairement africains, près de 4.000 policiers, et une composante civile d'un millier de personnes, pour un budget estimé à un milliard de dollars par an, selon l'ONU.

Depuis le début de la guerre civile en 2003, quelque 200.000 personnes sont mortes et le nombre de déplacés a dépassé les deux millions, selon des estimations de l'ONU, contestées par Khartoum. Ce conflit a suscité une très forte mobilisation dans le monde.