Darfour : Khartoum accepte une force hybride ONU-UA

Redaction

Reuters, 13 Juin 2007

Selon les Etats-Unis, le président soudanais Omar el-Béchir "a déjà fait des promesses par le passé sur le fait qu'il acceptait une force hybride UA-ONU".

Les Etats-Unis ont souligné, mardi 12 juin, qu'ils avaient des doutes sur l'acceptation par le gouvernement soudanais d'une "force hybride" Union africaine (UA)-Nations unies dans la province du Darfour (ouest), annoncée plus tôt par les trois parties à Addis Abeba.
Selon le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack, le président soudanais Omar el-Béchir "a déjà fait des promesses par le passé sur le fait qu'il acceptait une force hybride UA-ONU, mais il y a toujours les lignes en petits caractères", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack.
"Et dans ce cas, les lignes en petits caractères semblent bien spécifier que la force devrait se limiter à des troupes africaines", a-t-il ajouté.
Or il serait "très difficile" aux pays africains de fournir suffisamment d'hommes pour cette force prévue pour compter entre 17.000 et 19.000 hommes, a souligné Sean McCormack.

Déclaration de surface

"Donc, dire que cette force devrait être limitée aux forces africaines revient, de fait, à dire qu'on n'accepte pas la totalité des 17.000 à 19.000 hommes, considérés par les experts comme nécessaires pour mener cette mission à bien", a-t-il poursuivi.
"C'est donc une déclaration qui paraît, en surface, accepter tout. Mais en fait, quand on l'examine attentivement, elle ne le fait pas", a-t-il conclu.
Plus tôt dans la journée de mardi, via un communiqué conjoint UA-ONU-Soudan lu à Addis Abeba, siège de l'UA, par le Commissaire pour la paix et la sécurité de l'UA, Saïd Djinnit, en présence de représentants des Nations unies et de Khartoum, "le gouvernement du Soudan a accepté les propositions communes sur l'opération hybride".

Le Soudan est sous pression internationale pour accepter une puissante force militaire au Darfour (ouest), région en guerre civile depuis 2003, pour remplacer les 7.000 soldats de l'UA, mal financés et mal équipés, déjà déployés.