La Chine nomme un représentant spécial pour l'Afrique et le Darfour

Redaction

Le Monde, 10 Mai 2007

La Chine, critiquée par certains pour son soutien au Soudan, a annoncé jeudi la création d'un poste de représentant spécial pour l'Afrique, dont la tâche immédiate sera de se consacrer au conflit du Darfour.

"La situation au Darfour attire une attention importante de la communauté internationale, la première tâche de ce représentant spécial sera de se concentrer sur le problème du Darfour", a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu.

Ce premier représentant chinois pour les affaires africaines est Liu Guijin, ancien ambassadeur en Afrique du Sud et au Zimbabwe, a-t-elle dit.

"L'ambassadeur Liu est un diplomate d'expérience et connaît bien les affaires africaines", a indiqué Mme Jiang.

La Chine a des relations fortes avec le Soudan, dont elle absorbe 60% de la production pétrolière totale, et fait partie des pays qui s'opposent à des sanctions de l'ONU contre ce pays.

Son soutien à Khartoum a entraîné des appels au boycottage des jeux Olympiques de Pékin, lancés notamment par l'actrice américaine Mia Farrow.

Une centaine de parlementaires américains ont vigoureusement interpellé mercredi le président chinois Hu Jintao, pour lui demander de prendre des mesures immédiates visant à mettre fin au conflit du Darfour.

La Chine risque d'être "connue pour toujours comme l'hôte des Olympiades du génocide", ont prévenu les élus, en référence aux jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Interrogée sur cette lettre, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères n'a pas répondu directement, soulignant que "la Chine tente de trouver une solution correcte au problème du Darfour".

"Sur le problème du Darfour, la Chine et les Etats-Unis partagent le même objectif, celui de le résoudre par des moyens politiques", a-t-elle dit.

"Nous sommes prêts à faire des efforts communs avec la communauté internationale, y compris les Etats-Unis", a ajouté Mme Jiang, rappelant la récente décision de Pékin de participer, en envoyant "une équipe de 275 hommes du génie", à la force de maintien de la paix de l'ONU au Darfour.

La communauté internationale exerce actuellement des pressions sur le président soudanais, Omar el-Béchir, pour qu'il accepte sans tarder cette force et Londres et Washington ont menacé Khartoum de sanctions s'il refusait.

La Chine, tout comme la Russie, s'oppose à des sanctions.

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour a fait 200.000 morts et deux millions de déplacés, selon l'ONU, des chiffres contestés par le Soudan, qui parle de seulement 9.000 morts.