Soudan viole l'embargo au Darfour avec des armes chinoises et russes

Redaction

Belga, 08 Mai 2007

Amnesty International accuse le Soudan d'enfreindre l'embargo sur les armes imposé au Darfour par les Nations Unies, affirmant que des armes fournies par la Chine et la Russie y sont utilisées, selon un rapport publié mardi.

L'association de défense des droits de l'Homme, dont le siège est à Londres, affirme que "des armes, des munitions et des équipements (...) sont toujours transférés au Darfour dans l'ouest du Soudan pour des opérations militaires". L'Onu a imposé un embargo sur la vente et la livraison d'armes au Darfour pour les organisations non-gouvernementales en juillet 2004, étendu en 2005 à toutes les parties au conflit.

Des armes chinoises et russes

Avec notamment des photographies à l'appui, le rapport "montre comment le gouvernement du Soudan viole l'embargo sur les armes de l'ONU et camoufle certaines de ses opérations logistiques au Darfour, et quelles armes fournies au Soudan par la Chine et la Russie --deux membres permanents du Conseil de sécurité-- ont été utilisées" en violation de l'embargo. Selon le rapport qui cite les derniers chiffres disponibles sur les échanges du Soudan, ce pays a importé en 2005 de Chine pour 24 millions de dollars (17,63 millions d'euros) d'armes et munitions et près de 57 millions de dollars (41,89 millions d'euros) de pièces et équipements pour avion.

Par ailleurs, la Russie a exporté en 2005 vers le Soudan pour 21 millions de dollars (15,43 millions d'euros) d'équipement aérien (avions et hélicoptères) "ajoutant à ses importantes livraisons d'armes au cours des années précédentes", a indiqué Amnesty. Amnesty se déclare "profondément consterné par le fait que certains gouvernements, y compris deux membres permanents du Conseil de sécurité --Chine et Russie--, permettent des flux continus d'armes vers des parties du Soudan qui sont détournés
vers le conflit au Darfour et utilisés là et au-delà de la frontière du Tchad". Au cours des opérations militaires soudanaises "de graves violations et atteintes aux droits de l'Homme et à la législation humanitaire internationale sont commises par le gouvernement soudanais, les milices janjawids soutenues par le gouvernement et des groupes armés d'opposition", note le rapport portant sur des violations de l'embargo signalées entre janvier et mars 2007.

L'appel d'Amnesty

Amnesty en appelle à la communauté internationale à "immédiatement faire en sorte de renforcer la mise en oeuvre" de l'embargo et à "endiguer le flux d'armes vers le Darfour dans le cadre d'un paquet de mesures immédiates pour protéger les civils".

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour a fait 200.000 morts et deux millions de déplacés, selon l'ONU, des chiffres contestés par le Soudan, qui parle de seulement 9.000 morts. (belga)