Le Soudan demande des excuses après les critiques du chef de la mission de l'ONU

Presse Canadienne

Matinternet, 21 Octobre 2006

Le ministère soudanais des Affaires étrangères demande au chef de la mission des Nations unies au Soudan, Jan Pronk, qu'il présente ses excuses pour des commentaires qu'il qualifie d'inacceptables sur les combats au Darfour.

Si le ministère des Affaires étrangères n'a pas annoncé qu'il serait demandé à Jan Pronk de quitter le pays, la chaîne de télévision nationale a cité le Général Mohammed al-Amin souhaitant que "les dirigeants politiques et militaires prennent des mesures pour renvoyer Pronk ou lui demander de partir".

L'armée a accusé Jan Pronk d'avoir lancé "une guerre psychologique contre l'armée soudanaise en disséminant des informations malavisées qui jettent le doute sur la capacité des forces armées à maintenir la sécurité et défendre la nation".

Jan Pronk, ancien diplomate néerlandais, a écrit le 14 octobre sur son blog personnel que les forces du gouvernement avaient "perdu batailles majeures" au Darfour, dans l'ouest du Soudan, où elles sont confrontées aux rebelles de l'ethnie africaine de la région.

Les commentaires de Jan Pronk, qui exhorte le gouvernement à accepter la présence de 20 000 hommes des forces des Nations unies, ont été qualifiés d'intervention flagrante des les affaires des forces armées par l'armée, qui a accusé le représentant de l'ONU d'être en contact avec les rebelles sans l'autorisation du gouvernement.

Vendredi, les dirigeants de l'Union européenne réunis en Finlande ont à nouveau appelé le Soudan à se conformer à la résolution du Conseil de sécurité qui prévoit l'envoi de troupes.