«Pression maximale» sur le Soudan pour une force de l'ONU au Darfour

Lahti

Afp, 20 Octobre 2006

L'Union européenne a appelé vendredi la communauté internationale à exercer «les pressions maximales» sur le Soudan pour l'envoi urgent d'une force de maintien de la paix de l'ONU au Darfour, «seule option viable et réaliste».

«Une opération des Nations unies est la seule option viable et réaliste pour le maintien de la paix au Darfour. Nous ne ménageons pas nos efforts pour (en) convaincre le gouvernement du Soudan», a affirmé le premier ministre finlandais Matti Vanhanen, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE, à Lahti en Finlande où les 25 étaient réunis en sommet informel.

Tony Blair a estimé que le moment était venu d'exercer «une pression internationale maximale» sur Khartoum qui refuse toujours le déploiement au Darfour d'une force autre que celui de l'Union africaine.

Le chef du gouvernement britannique, qui affirme avoir reçu le soutien des autres dirigeants européens pour intensifier ces pressions, estime qu'un résultat décisif doit être impérativement obtenu «dans les semaines qui viennent» sous peine de voir la situation sur le terrain se détériorer.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé le 31 août l'envoi d'une force de l'ONU d'environ 17 000 soldats et 3 000 policiers pour prendre la relève de la Mission de l'Union africaine (AMIS), composée de 7 200 hommes.

Mais le gouvernement soudanais, qui est accusé de soutenir les djandjawid, les miliciens arabes responsables des violences, a jusqu'ici réussi à s'y opposer.

Selon l'ONU, les combats avec les rebelles et la crise humanitaire ont fait 200 000 morts et quelque 2,5 millions de déplacés depuis le début du conflit en 2003.

Dans une lettre ouverte publiée vendredi par plusieurs journaux européens, cent-vingt survivants de l'Holocauste et des génocides au Cambodge, au Rwanda et en Bosnie ont appelé les Européens à s'engager d'urgence et avec fermeté dans le conflit au Darfour pour éviter que l'histoire ne s'y répète.