Darfour: les discussions aux Nations-Unies sur le Soudan dès jeudi

Redaction

Afp, 18 Avril 2007


LONDRES - Le Premier ministre britannique Tony Blair a annoncé que des discussions entre membres du Conseil de sécurité de l'Onu débuteraient dès jeudi pour mettre au point une résolution sanctionnant le Soudan à propos du Darfour.

"Demain, les Etats-Unis et le Royaume-Uni vont entamer des discussions avec d'autres membres du Conseil de sécurité pour une nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le Soudan", a déclaré M. Blair à Downing Street.

"Ce qui se passe au Soudan en ce moment est inacceptable, c'est effroyable et c'est un scandale pour la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Mardi, M. Blair, puis mercredi le président américain George W. Bush avaient publiquement menacé le Soudan de nouvelles sanctions s'il refusait le plan de l'Onu visant à en finir avec la violence au Darfour.

Le Premier ministre a précisé mercredi que "cette nouvelle résolution (allait) inclure des mesures contre des individus qui sont impliqués dans la violence ou sont responsables de l'avoir autorisée", et indiqué qu'elle consisterait notamment en une meilleure surveillance aérienne de ce qui se passe sur le terrain au Soudan.

"J'espère que ce message très clair va être reçu par le gouvernement soudanais", a mis en garde M. Blair.

Lors de sa conférence de presse mensuelle, mardi, M. Blair avait affirmé que "la seule chose qui va faire comprendre au gouvernement soudanais quelles sont ses responsabilités (était) la pression". Il avait également estimé que le Soudan "se moqu(ait)" des Nations unies.

De son côté, M. Bush a donné mercredi une "dernière chance" au gouvernement soudanais de tenir rapidement ses engagements pour mettre fin au "génocide" au Darfour, faute de quoi il décidera de nouvelles sanctions et de nouvelles mesures.

Le président soudanais Omar el-Béchir "doit saisir sa dernière chance en donnant suite aux efforts du secrétaire général (de l'ONU) et en satisfaisant les justes exigences de la communauté internationale", a déclaré M. Bush dans un discours à Washington.

S'il ne le fait pas "dans un bref délai", M. Bush imposera de nouvelles sanctions et a évoqué d'autres actions "plus vigoureuses".