Wade pour l'envoi de troupes au Darfour

Mame Less Camara

Bbc Afrique, 15 Septembre 2006

Alors qu’Omar El Béchir a réitéré hier à Dakar son opposition au déploiement de forces des Nations unies au Darfour, Abdoulaye Wade estime qu’un tel déploiement est nécessaire.
Le chef de l’Etat soudanais effectuait une escale technique dans la capitale sénégalaise avant de reprendre sa route vers La Havane, où il doit participer au Sommet des Non alignés.

Omar El Béchir a profité de cette courte halte pour rencontrer son homologue sénégalais, Abdoulaye Wade, à qui il a affirmé que les troupes africaines doivent rester au Darfour pour continuer leur mission de paix.

Les divergences de vues entre les deux hommes sont très marquées sur la question.

Omar El Béchir nie avoir jamais envisagé le renvoi des forces de l’Union africaine. Il leur demande, au contraire, de rester au Darfour.

En revanche, le président soudanais est intraitable sur la question du recours aux forces des Nations unies : pas question, selon lui, d'envoyer des casques bleus au Darfour, et pas question de transmettre à l’Onu la mission dont s’acquittent actuellement les forces de l’Union africaine.

Un désaccord profond est apparu sur ce point avec le président Abdoulaye Wade.

Le chef de l’Etat sénégalais, dont le pays a déployé des troupes au Darfour, a expliqué à son hôte soudanais que l’Union africaine n’avait pas les moyens militaires et financiers de sa mission au Darfour.

C’est pourquoi elle a fait appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour prendre le relais.

Abdoulaye Wade ira même jusqu’à avouer à son hôte qu’il a fait partie, avec ses homologues d’Afrique du Sud et du Nigéria, des chefs d’Etat qui ont fait appel à l’Onu.

La question sera débattue lundi à New York, au cours de la réunion des chefs d’Etat africains qui se tiendra en marge de l’Assemblée Générale des Nations unies.