La Libye propose une conférence internationale sur le Darfour

Redaction

Reuters, 15 Avril 2007

La Libye du colonel Mouammar Kadhafi organisera le 28 avril une conférence internationale de paix au Darfour, apprend-on de source autorisée à Tripoli.

Cette conférence réunira des représentants du Soudan, du Tchad, de l'Erythrée, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne, a-t-on précisé sans indiquer le niveau exact de la participation.

Le dirigeant libyen, apôtre d'hypothétiques "Etats-Unis d'Afrique sub-saharienne", a organisé ces deux dernières années une série de mini-sommets sur la question du Darfour, province de l'ouest du Soudan grande comme deux fois la France et théâtre d'une guerre civile et d'exactions à grande échelle qui ont fait 200.000 morts et 2,5 millions de déplacés depuis 2003.

Le colonel Kadhafi considère ses voisins tchadiens et soudanais comme son arrière-cour diplomatique.

Sur le terrain, des inconnus ont tué un officier de la force de maintien de la paix déployée par l'UA au Darfour, a annoncé dimanche un porte-parole de l'UA au moment où un émissaire américain pressait Khartoum d'accepter l'envoi de troupes de l'Onu dans la région.

Noureddine Mezni a précisé que les assaillants avaient abattu un commandant et s'étaient emparés de son véhicule samedi soir près d'une entrée du casernement de l'UA à Al Facher, ville principale du Nord-Darfour.

"C'est le septième soldat que nous perdons en avril. C'est une vraie tragédie pour nous", a dit Mezni.

Le secrétaire d'Etat américain adjoint John Negroponte s'est rendu samedi au casernement de l'UA, dans le cadre d'une visite entreprise au Soudan pour tenter de persuader Khartoum d'accepter le déploiement de troupes de l'Onu au Darfour en renfort de celles de l'UA.

MENACES DE RETRAIT

Les Nations unies espèrent conclure avec le Soudan un accord sur l'envoi de quelque 3.000 casques bleus auprès des 7.000 soldats de l'UA mis à rude épreuve au Darfour.

L'attaque de samedi, la troisième à viser des soldats de l'UA ce mois-ci, risque de compromettre un peu plus l'action humanitaire dans la région de l'Ouest soudanais ravagée par la guerre depuis 2003.

Le 10 avril, des inconnus avaient attaqué une patrouille de l'UA au Darfour, tuant un soldat et en blessant deux autres. Cinq militaires sénégalais de l'UA ont aussi été tués près de la frontière du Soudan avec le Tchad lors d'une attaque au début du mois.

Les responsables de l'UA ont souligné que leur contingent de 7.000 hommes disposait d'effectifs et d'équipements insuffisants pour contrôler la situation au Darfour.

Certains pays africains représentés dans la force de l'UA au Darfour ont menacé d'en retirer leurs troupes si elles ne recevaient pas de renforts en effectifs et en matériels.

Les responsables soudanais qui travaillent à un accord sur une assistance de l'Onu à la mission de l'UA ont recommandé à Khartoum d'autoriser les forces de maintien de la paix à utiliser des hélicoptères de combat, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères.

L'Onu espère conclure avec le Soudan un accord sur l'envoi d'environ 3.000 casques bleus auprès des troupes africaines au Darfour, mais Khartoum a fait objection jusqu'ici au déploiement de six hélicoptères de combat.

Le Soudan n'a pas non plus donné son accord à l'étape suivante d'une opération mixte UA-Onu au Darfour, qui mobiliserait 25.000 soldats et policiers - Khartoum faisant valoir que cela équivaudrait à une forme de colonialisme.