Mission de l'Union africaine au Soudan (AMIS

Union Africaine

Union Africaine, 02 Avril 2007

Le Président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Omar Konaré, est profondément choqué et consterné par la série d'incidents dont est victime la Mission de l'Union africaine au Soudan (AMIS). Il s'agit, notamment, de l'assassinat, le 5 mars 2007, à Graida, de deux éléments de l'AMIS et des tirs intervenus le 31 mars 2007 dans le secteur général de Kurni, à Jebel Mara, et qui, de toute évidence, visaient un hélicoptère de l'AMIS transportant le Commandant adjoint de la Force, le Général de brigade Ephreim Rurangwa, et sa délégation. Cette tentative lâche et indigne d'assassiner un haut responsable militaire de l'AMIS a été suivie, le 1er avril 2007, par l'assassinat de cinq soldats de la Force de protection de l'AMIS appartenant au contingent sénégalais, au point d'eau situé à Umbaro.

Le Président de la Commission note avec une grave préoccupation que les incidents de Graida et de Umbaro ont eu lieu dans des régions contrôlées par les forces fidèles au SLM/A (Minni), alors que l'incident intervenu dans le secteur général de Kurni s'est déroulé dans un bastion de M. Abdul Wahid El Nour. Il convient de relever que ces attaques sont intervenues dans un contexte marqué par un accroissement des actes de harcèlement, d'enlèvement, de menace et de chantage à l'encontre de la Mission et de ses dirigeants par ceux-là mêmes qui étaient sensés travailler avec elle et l'aider, avec l'objectif avoué de discréditer la Mission et, à terme, de faire avorter les efforts déployés par l'Union africaine au Darfour.

Le Président de la Commission condamne ces actes avec la plus grande fermeté, et souligne, une fois de plus, qu'il s'agit là de violations flagrantes des divers accords de cessez-le-feu que toutes les parties au conflit au Darfour ont, à différents moments, solennellement accepté de respecter. Le Président de la Commission considère, en effet, que cette hostilité croissante à l'encontre de l'AMIS est une tentative réfléchie et délibérée visant non seulement à empêcher la Mission à accomplir son mandat, mais également à faire avorter les efforts en cours de l'UA et de l'ONU en vue de relancer le processus de paix, avec la conviction regrettable et trompeuse qu'il pourrait y avoir une solution militaire au problème complexe du Darfour. Le Président de la Commission réitère son appel aux parties soudanaises pour qu'elles apportent leur entière collaboration et appui aux efforts des Envoyés spéciaux de l'UA et de l'ONU, Dr Salim Ahmed Salim et M. Jan Elliason, visant à élargir la base du processus de paix et à consolider l'Accord de paix au Darfour (DPA).

Le Président de la Commission demeure profondément préoccupé par le manque de coopération, tant des signataires que des non-signataires du DPA, avec l'AMIS et les agences humanitaires, qui travaillent dans des conditions extrêmement difficiles et dans un contexte sécuritaire on ne peut plus précaire. Faute de faire face à ces nouvelles menaces de manière effective et globale, avec la coopération de toutes les parties prenantes, cet état de fait risque de conduire à une détérioration catastrophique de la situation sécuritaire et humanitaire au Darfour. Si cette tendance se poursuit, l'opération de maintien de la paix au Darfour sera gravement compromise.

L'Union africaine affirme clairement qu'elle ne peut continuer à accepter les actes d'agression gratuits et sans motif, ainsi que l'impunité dont jouissent ceux-là mêmes qui en sont les auteurs, alors qu'elle continue de consentir de sacrifices considérables pour aider les populations affectées. Par conséquent, l'UA, en collaboration avec le Conseil de sécurité de l'ONU, examinera les voies et moyens les meilleurs pour faire face aux nouvelles menaces à la paix et à la sécurité au Darfour. Le Président de la Commission exige qu'une enquête rapide soit menée sur les derniers incidents, avec la pleine coopération de toutes les parties impliquées. Il importe d'identifier les coupables et de les traduire en justice conformément au droit international.

Entre-temps, et compte tenu des circonstances actuelles, il est devenu impératif et inéluctable d'accélérer la mise en oeuvre de l'approche en trois étapes en vue du renforcement de l'opération de maintien de la paix au Darfour, en particulier le module d'appui renforcé, et l'opération hybride, pour lesquels les Nations unies et l'UA ont soumis des propositions concrètes au Gouvernement du Soudan. La mise en oeuvre de cette approche permettra à la Mission d'être en meilleure position pour s'acquitter de son mandat au Darfour et, en même temps, protéger son personnel et ses installations.

Le Président de la Commission saisit également cette occasion pour saluer et rendre un hommage mérité aux vaillants hommes et femmes de l'AMIS qui sont déployés au Darfour dans des conditions extrêmes et souvent méconnues. Il les exhorte à persévérer dans leur engagement pour la noble action qu'est celle d'aider les populations du Darfour, en particulier celles qui continuent d'être les victimes de massacres absurdes, de harcèlements, de déplacements et de tueries. Il exprime ses sincères condoléances aux familles de ces héros tombés sur le champ d'honneur, et leur réitère le soutien indéfectible et la solidarité de l'Union africaine au moment où elles pleurent la perte de leurs fils, maris, frères et amis. Il assure les peuples et gouvernements africains que le sacrifice suprême consenti par certains membres de l'AMIS pour la paix au Darfour ne sera jamais vain.