RCA-Tchad-Soudan: le coordinateur humanitaire ONU pour une approche globale

Redaction

Le Monde, 01 Avril 2007

Les crises en Centrafrique, au Tchad et au Soudan nécessitent une approche globale, a estimé le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d'urgence de l'ONU dans une interview diffusée dimanche à la radio nationale centrafricaine.

"Il faut une approche régionale et intégrale pour résoudre les problèmes du Soudan, du Tchad et de la RCA", a déclaré M. Holmes à la radio, à l'issue d'un entretien samedi avec le président centrafricain François Bozizé.

"Il y a des problèmes spécifiques au Soudan, avec le (conflit au) Darfour, des problèmes humanitaires dans l'est du Tchad, avec des rébellions et ici en RCA, vous avez également des rébellions, mais aussi des problèmes humanitaires", a-t-il poursuivi.

"Je pense qu'il faut s'attaquer à ces problèmes de façon intégrale, parce que si on résout un problème ici et on laisse un autre là, les problèmes régionaux risquent de revenir à la case départ", a-t-il expliqué.

"Cela veut dire qu'il faut une approche régionale et intégrale. Mais il faut dans chaque pays, essayer de résoudre les problèmes politiques, inter-ethniques, de rébellion", a-t-il précisé.

M. Holmes, arrivé vendredi en Centrafrique, s'est rendu à Paoua (500 km au nord de Bangui), dont une partie de la population s'est réfugiée en brousse depuis une attaque rebelle en janvier suivie d'exactions des forces armées centrafricaines (Faca). Il a déploré les exactions commises par les belligérants contre les civils.

Le président Bozizé a admis de possibles "dérapages" de l'armée, assurant qu'ils étaient sanctionnés, tout en rappelant que les soldats devaient se défendre.

"Nous savons que pendant les actions militaires, il peut avoir des dérapages. Mais à chaque fois que l'occasion se présente nous prenons des mesures draconiennes: rétrogradation, radiation et autres", a-t-il assuré.

"Mais la réalité sur le terrain est tout autre (...) Les Faca font face à des gens qui sont armés et qui les attaquent (...) en plein jour. Faut-il croiser les bras?", a-t-il interrogé.

"Les Nations unies estiment qu'un total de 286.000 civils ont abandonné leur village dans le nord de la RCA. Il y a 212.000 déplacés internes et 70.000 ont fui au Cameroun, au Tchad et maintenant aussi au Darfour", a estimé une source onusienne.

M. Holmes a souligné la nécessité d'apporter une aide humanitaire d'urgence aux populations du nord et du nord-est de la Centrafrique.

Le nouveau coordinateur aux affaires humanitaires, qui a succédé le 1er mars au norvégien Jan Egeland, a effectué une tournée d'environ deux semaines au Soudan, au Tchad et en Centrafrique. Il a quitté Bangui samedi à destination de New York.