Darfour : le Conseil des droits de l'homme de l'ONU exprime sa "vive préoccupation"

Agathe Duparc

Le Monde , 01 Avril 2007

Après trois semaines d'intenses tractations, le Conseil des droits de l'homme qui clôturait, vendredi 30 mars, sa 4e session, est parvenu à un consensus sur le Darfour, dossier crucial pour la crédibilité du nouvel organe onusien, né en juin 2006 sur les ruines de la Commission des droits de l'homme.

Dans une résolution proposée par l'Union européenne et le groupe Afrique, les 47 membres du Conseil expriment leur "vive préoccupation face à la gravité des violations en cours des droits de l'homme au Darfour". Regrettant que la mission spéciale mandatée par le Conseil et conduite par l'Américaine Jody Williams n'ait pu se rendre au Darfour, le texte "prend note" du rapport de Mme Williams, qui accuse Khartoum d'avoir "orchestré" des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, sans gommer les exactions des rebelles.

Pour "assurer le suivi effectif et encourager l'application des résolutions et recommandations sur le Darfour" émises par l'ONU (115 en tout), un groupe de sept experts des Nations unies est chargé de "travailler avec le gouvernement soudanais et les organes de protection des droits de l'homme de l'Union africaine". Ce groupe, présidé par Sima Samar (rapporteuse spéciale sur les droits de l'homme au Soudan) et qui comprend les rapporteurs sur la violence contre les femmes, les exécutions extrajudiciaires et la torture, remettra son rapport en juin. Le conflit a déjà fait 200 000 morts.

La résolution, qui ménage Khartoum, parle "des attaques armées contre la population civile et le personnel humanitaire". Une précédente version européenne mentionnait "les attaques des rebelles et des forces gouvernementales".