Dix auteurs ou penseurs européens dénoncent l'inaction de l'UE au Darfour

Redaction

Le Monde, 25 Mars 2007

Dix auteurs ou penseurs européens reconnus ont dénoncé samedi le fait que les dirigeants européens soient plus préoccupés par la célébration du 50e anniversaire du traité de Rome que par la nécessité d'imposer des sanctions plus sévères au Soudan, pour son action au Darfour.

"Comment nous Européens, osons-nous célébrer ce week-end, alors que sur le continent à quelques kilomètres au sud du nôtre, les gens les plus sans défense, les plus dépossédés de tout, les plus faibles sont assassinés au Soudan", ont-ils écrit dans une lettre au quotidien britannique The Independent.

Cette lettre a été signée par l'universitaire et écrivain italien Umberto Eco, l'acteur, auteur et metteur en scène italien Dario Fo, sa femme, l'actrice de théâtre Franca Rame, l'écrivain allemand Gunter Grass, le sociologue et philosophe allemand Jurgen Habermas, le dramaturge et ancien président tchèque Vaclav Havel, le poète irlandais Seamus Heaney, le philosophe français Bernard Henri-Lévy, les auteurs britanniques Harold Pinter et Tom Stoppard.

L'Union européenne, qui célèbre samedi en Allemagne le 50e anniversaire de sa création, devrait au contraire adopter une attitude de principe ferme pour mettre fin aux atrocités au Darfour, ont-ils avancé.

Le conflit dans cette province occidentale du Soudan, qui oppose les rebelles issus des populations noires locales à des milices arabes appuyées par l'armée soudanaise, a fait 200.000 morts, essentiellement des civils, et plus de 2 millions de déplacés depuis quatre ans, selon l'Onu.

"L'Union européenne - née de l'atrocité pour s'unir contre de futures atrocités - n'a-t-elle aucun mot à proférer, aucun principe à avancer, aucune action à prendre pour éviter ces massacres au Darfour? La lâcheté de Srebrenica doit-elle être répétée? Si c'est le cas, que célébrons-nous?", se sont interrogés les signataires.

"L'Europe qui a permis Auschwitz et échoué en Bosnie ne doit pas tolérer le meurtre au Darfour. L'Europe est plus qu'un réseau de classes politiques, plus que le premier centre économique mondial et plus qu'une excroissance bureaucratique", ont-ils également déclaré.

"C'est une culture héritée qui sous-tend notre croyance partagée dans la valeur et la dignité de l'être humain. Au nom de cette culture commune et de ces valeurs partagées, nous appelons les 27 leaders (européens) à imposer immédiatement les sanctions les plus strictes aux dirigeants du régime soudanais", ajoutent-ils.

Ces sanctions doivent, pour eux, consister en des interdictions de voyager, le gel des avoirs, et des embargos commerciaux et sur les biens de luxe.

"Nous ne devons pas une fois de plus trahir notre civilisation européenne en regardant et attendant pendant qu'une autre civilisation en Afrique est détruite. Laissons cette action être un cadeau à nous-mêmes et la preuve de notre existence. Et quand ce sera fait, célébrons ensemble avec fierté", concluent-ils.