Soudan: l'envoyé de l'ONU déclaré persona non grata par l'armée

Redaction

Romandie News, 20 Octobre 2006

L'armée soudanaise a déclaré l'émissaire spécial de l'ONU Jan Pronk persona non grata au Soudan. Elle l'accuse de "s'ingérer ouvertement dans les affaires des forces armées" soudanaises et de "mener la guerre" contre elles.

La présence et les déplacements de l'émissaire de l'ONU au Soudan constituent "une menace militaire qui affecte de manière négative les performances des forces armées, et il est par conséquent devenu persona non grata" dans le pays, a fait savoir le commandement général de l'armée dans un communiqué.

Les militaires ont affirmé que l'émissaire onusien s'était déplacé à travers le pays sans une autorisation du gouvernement et était entré en contact avec des groupes de rebelles qui luttent contre l'armée gouvernementale dans la région du Darfour (ouest).

Ils l'ont également accusé de "mener une guerre psychologique contre les forces armées en propageant des informations erronées qui sèment le doute sur les capacités de ces forces à maintenir la sécurité et défendre le pays".

Mercredi, le bulletin du site de la mission des Nations unies au Soudan a fait état de tensions grandissantes entre M. Pronk et l'armée soudanaise après que ce dernier eut parlé de "revers" de l'armée dans le Darfour.

Cette crise risque d'augmenter la tension entre l'ONU et le Soudan alors que le président Omar el-Béchir continue de s'opposer à un déploiement de troupes de l'ONU au Darfour pour prendre la relève des forces de l'Union africaine.

Depuis le début du conflit entre une rébellion locale et les milices djandjawid alliées à l'armée soudanaise en février 2003, au moins 200'000 personnes ont péri des effets de la famine, des combats ou de maladie au Darfour, selon l'ONU.