Le Soudan suspend des ONG en mission au Darfour pour non-conformité aux règles anti-fraude

Redaction

Culture Femme, 24 Mars 2007

Khartoum semble vouloir continuer le bras-de-fer qui ne dit pas son nom, et engagé depuis quelques semaines contre la communauté internationale, en continuant d’agir comme si les appels à plus de coopération de sa part pour régler la situation au Darfour, ne le concernaient pas ?

Dernière en date, les autorités soudanaises viennent de suspendre 52 ONG travaillant au Darfour. D’après Khartoum, une enquête pour fraudes a démontré que les ONG concernées ne s'étaient pas mises en conformité avec les règles anti-fraudes soudanaises.

C’est dans ce contexte tendu au Soudan, que le président du Sud-Soudan a dit souhaiter une réunion des rebelles du Darfour pour adopter une position commune en vue d’éventuels pourparlers de paix.

Salva Kiir, président du Sud-Soudan en rébellion contre Khartoum, a demandé aux groupes rebelles du Darfour de se réunir à Juba, capitale du Sud-Soudan. Le but de cette rencontre : s’entendre avant de possibles négociations de paix destinées à mettre fin à quatre ans d’une guerre civile qui a déjà fait plus de 200.000 morts et des millions de déplacés.

Dans son communiqué, le président du Sud-Soudan, mais aussi premier vice-président du Soudan, dit notamment, parlant des chefs rebelles du Darfour : "J'ai personnellement convoqué une conférence sur le Darfour à Juba en avril et je vous demanderai de contribuer à cet effort".

En effet, avant le Darfour à l’ouest, c’est le Sud-Soudan qui avait longtemps été au centre d’un conflit fratricide avec Khartoum, opposé aux velléités d’indépendance du Mouvement de libération populaire du Soudan. Janvier 2005, un accord de paix accordait la direction du gouvernement autonome du Sud-Soudan au Mouvement de libération populaire du Soudan.