Darfour : Le Tchad dit non a une force de l'ONU

Redaction

Bbc Afrique, 01 Mars 2007

Le Conseil de sécurité souhaite déployer rapidement un contingent dans l'est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine pour protéger les civils affectés par le conflit au Darfour, sous réserve de l'accord du président tchadien.
Ndjamena avait donné en novembre dernier son accord de principe.

A l'issue d'une rencontre du ministre tchadien délégué aux Affaires étrangères, Moussa Djida Outouman avec les ambassadeurs des quatre pays membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU présents au Tchad (la France, les Etats-Unis, la Russie et la Chine) le gouvernement tchadien a affirmé qu'il n'a jamais été question d'accueillir une force militaire.

Il parle plutôt d'un déploiement de forces civiles composées de gendarmes et de policiers ayant pour but de sécuriser les camps de réfugiés soudanais, les personnes déplacées et les humanitaires en activité.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon avait proposé au conseil de sécurité, le déploiement aux frontières du Tchad et de la Centrafrique d'une force multidimensionnelle comprenant notamment une composante militaire forte de 6.000 à 10.900 hommes.

Plus de 120.000 Tchadiens ont été déplacés par les violences transfrontalières dans l'est du Tchad, où sont déjà regroupés plus de 230.000 réfugiés soudanais ayant fui le conflit du Darfour.