La troika à Khartoum le 17 octobre

Afrique Centrale

Afrique Centraale Info, 11 Octobre 2006

Le président du Gabon Omar Bongo Ondimba se rendra le 17 octobre à Khartoum avec ses homologues sénégalais Abdoulaye Wade et nigérian Olusegun Obasanjo, pour y parler de la crise au Darfour (ouest du Soudan), a annoncé mercredi un porte-parole de la présidence à Libreville.

En visite mardi à Libreville, le président de l'Assemblée nationale du Sénégal, Pape Diop, a invité, au nom du président Wade, M. Bongo à participer à la réunion prévue à Khartoum avec le président soudanais Omar el-Béchir.

Dakar avait annoncé le 7 octobre, sans en préciser la date, une prochaine mission à Khartoum des présidents Wade, Obasanjo et Bongo, dans le cadre d'un "Comité de sages du continent", créé à l'initiative du chef de l'Etat sénégalais.

Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Cheikh Tidiane Gadio devait se rendre mercredi au Soudan avec son homologue nigériane Joy Ogwu pour préparer cette mission.

"Il faudra trouver les voies et moyens de dialogue (...) pour amener le président el-Béchir (photo) à accepter les forces onusiennes" au Darfour, a-t-il déclaré mardi. Il a jugé "nécessaire de bien expliquer la démarche du continent pour dire au président (el-Béchir) que l'intégrité du territoire (soudanais) n'est pas en cause".
Le président du Gabon est un habitué des médiations délicates en Afrique centrale et ailleurs sur le continent. Il lui faudra cette fois encore plus de doigté pour convaincre le régime soudanais qui n'a montré aucun signe d'ouverture jusqu'à présent.

Depuis le début du conflit en février 2003, au moins 200.000 personnes ont péri des effets de la famine, des combats ou de maladie, selon les nations unies.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé le 31 août l'envoi d'une force d'environ 17.000 soldats et 3.000 policiers pour prendre la relève de la Mission de l'Union africaine (Amis), mais le président soudanais s'oppose farouchement à ce déploiement.