Aide humanitaire : Bruxelles préoccupée par le harcèlement des agences humanitaires au Darfour

Redaction

Fenêtre Sur L'europe, 24 Février 2007

Face au harcèlement que subissent les agences humanitaires au Darfour, le Commission européenne exige de toutes les parties qu'elles respectent le Droit international humanitaire.

Le Commissaire européen en charge du Développement et de l'Aide Humanitaire, Louis Michel, s'est dit "gravement préoccupé par la poursuite des violences à l'encontre des populations civiles dans la province soudanaise du Darfour, ainsi que par la détérioration des conditions de sécurité pour les organisations humanitaires". Il a lancé "un nouvel appel à l'ensemble des parties au conflit pour assurer le respect du personnel et de l'intégrité des organisations humanitaires et de leur permettre d'exercer leur mission d'assistance et de protection en toute sécurité partout où les besoins des populations civiles le nécessitent, comme l'exige le droit international humanitaire".

En dépit de l'accord de paix sur le Darfour signé en mai 2006, la fréquence et la gravité des incidents et des violences à l'encontre des agences humanitaires se sont amplifiées. Cela a eu pour effet de réduire l'accès aux personnes vulnérables et a rendu le travail de ces organisations de plus en plus difficile et risqué.

Depuis la signature de l'accord de paix, 12 travailleurs humanitaires ont été assassinés au Darfour. Dans le même temps, les pillages et les vols de véhicules – plus d'une centaine en 2006 – se sont multipliés. La situation de sécurité s'est encore dégradée ces dernières semaines, comme l'attestent les graves incidents survenus à Gereida le 18 décembre 2006 et à Nyala le 19 janvier 2007. Au cours de ces derniers, des travailleurs humanitaires ont été sérieusement maltraités et sexuellement agressés.