Omar Al Bechir défie Ban Ki-Moon

Redaction

Le Messager, 22 Février 2007

Le nouveau secrétaire général de l’Onu se plaint du président soudanais. Tandis que le Darfour est en proie a une escalade de la violence.

L’alerte est donnée par l’envoyé de George Bush pour le Darfour. Selon Andrew S. Natsios dont les propos de mercredi dernier ont été repris par le New York Times, les Janjawids, ces miliciens arabes à la solde du gouvernement soudanais se préparent à nouveau à donner de nouveaux assauts sanglants. Parmi les cibles, les miliciens se déplaçant à dos de chameau ont en ligne de mire les employés des organisations humanitaires et les occupants des camps de déplacés pris en charge. Entrés en action en 2003 sous le prétexte de faire face à la rébellion sévissant dans la région du Darfour, les Janjawids ont déjà causé la mort de plus de 200 000 civils et fait au moins 2 millions et demi de sans abris. Sans compter d’autres cruautés comme les viols des femmes, l’abattage du bétail, la mise à feu des champs et des habitats. L’ancien secrétaire d’Etat américain Collins Powell en visite au Darfour, avait taxé l’œuvre des Janjawids de crimes contre l’humanité. Et depuis, les appels ne cessent de parvenir à George Bush, lui demandant de mettre fin au carnage du Darfour. Peut-être cette alerte de Andrew S Natsios va enfin décider le commandant en chef de l’armée américaine d’envoyer ses troupes pour une mission humanitaire au Darfour.

Ban Ki-Moon en colère

D’autant plus que le rapport de Natsios tombe au moment où le successeur de Kofi Annan à l’ONU vient de dénoncer “cette situation inacceptable qui se poursuit au Darfour”. Ban Ki-Moon réagit ainsi aux propos du président soudanais. Parti assister au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba le mois dernier, le patron de l’Onu avait tenu un tête-à-tête avec Omar Al Bechir au sujet de l’autorisation d’une équipe onusienne des droits de l’homme au Darfour. Le Sud-coréen etait parti de l’Afrique avec la satisfaction d’avoir obtenu l’accord du président soudanais.

Mais Omar Al Bechir qui court toujours après le siège de président de l’Union africaine n’est pas un homme à tenir sa parole. “Je suis très déçu par le gouvernement soudanais”, a déclaré Ban Ki-Moon. “Si celui-ci sait qu’il n’y a pas de problème au Darfour, alors il devrait accepter de recevoir la mission des droit de l’homme”, a-t-il poursuivi. Par ailleurs, Ban Ki-Moon dit toujours attendre la réponse d’une lettre datant du 24 janvier 2007 acheminée sur la table de Omar Al Bechir. Dans celle-ci, le secrétaire général de l’Onu appelle au renforcement des 7000 hommes mal équipés de l’Union africaine qui forment un bouclier poreux au Darfour par 20 000 casques bleus de l’Onu. Ban Ki-Moon dit avoir détaillé dans sa lettre des modalités de formation aux financements en passant la structuration d’une éventuelle force de l’Onu pour le Darfour. Et le feu vert du gouvernement soudanais n’est toujours pas tombé.

On se souvient que vers la fin de l’an dernier, l’Onu sous Kofi Annan avait arraché un “agreement” au Soudan pour le déploiement de 20000 casques bleus au Darfour pour prêter main-forte aux 7000 hommes de l’Union africaine ayant depuis longtemps prouvé leur incapacité de stopper la rage des Janjawids. Mais “agreement” signé ou pas, le président soudanais n’a jamais ouvert les portes de son pays aux forces du maintien de la paix de l’Onu.