La Ligue arabe dénonce les mauvais payeurs

Redaction

Liberté, Quotidien Algérien, 20 Février 2007

Devant l’ampleur prise par le phénomène des mauvais payeurs parmi ses membres, la Ligue arabe compte y remédier en mettant en place un comité de suivi des résolutions des sommets afin de pouvoir honorer ses engagements financiers.

Une réunion du comité de suivi du dernier sommet arabe, tenu dans la capitale soudanaise en mars 2006, a lieu hier à Khartoum. C’est une première pour la Ligue arabe, qui s’est vue obligée de recourir à ce moyen pour forcer les États membres à honorer leurs engagements financiers fait lors des sommets de l’organisation.
Après que de hauts responsables de cette instance eurent reconnu que la Ligue arabe était formée de mauvais payeurs n’honorant que partiellement leurs engagements financiers, ce fut au tour du secrétaire général de la Ligue, Amr Moussa, de l’admettre publiquement à son arrivée à Khartoum. En effet, pressé de questions sur le sujet, il dira : “Nous avons fait ce que nous avons pu dans les conditions actuelles.”
Il donnera l’exemple du dernier sommet au cours duquel l’engagement de soutenir à hauteur de 150 millions de dollars la force africaine au Darfour. Amr Moussa déclarera que seulement 10% de ce montant a été honoré. Selon lui, le comité de suivi mis en place par le sommet de 2005 à Alger a permis un développement positif, parce qu’avant cela les résolutions arabes restaient le plus souvent “lettre morte”. L’Algérien Ahmed Ben Helli, adjoint de M. Moussa pour les affaires politiques, a établi un inventaire éloquent des engagements non honorés du sommet de Khartoum. Il indiquera à titre d’exemple que l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas n’a reçu que 360 millions de dollars sur les 660 promis, à raison de 55 par mois.
Confirmant les déclarations de Amr Moussa, il ajoutera que sur les 150 millions de dollars de soutien à la Force africaine au Darfour, seuls 15 ont été versés à ce jour. Quant au fonds de développement de 26 millions de dollars promis à la Somalie, il n’a reçu jusque-là que très peu de contributions.
Selon lui, le peu d’empressement des Arabes à contribuer au fonds pour la Somalie s’explique par l’absence jusqu’à récemment d’un gouvernement représentatif à Mogadiscio. Encore une fois, le secrétaire général de la Ligue arabe a émis le vœu de voir les vingt-deux membres de son organisation procéder à de nouveaux versements pour le Darfour. Considérant les 15 millions de dollars transférés dans ce cadre de “premier versement”, il écorchera au passage l’ONU en révélant : “Après tout, les Nations unies n’ont donné que 21 millions de dollars à cette force.” Il semblerait que les membres de la Ligue décident souvent à la lumière de leurs relations avec les bénéficiaires d’honorer ou non leurs engagements financiers.
Le comité réunit deux troïkas, celle du sommet de Khartoum, composée du Soudan, de l’Arabie Saoudite et de l’Algérie, et celle du Conseil de l’organisation composée de la Tunisie, des Émirats arabes unis et du Bahreïn.
Cette réunion, qui s’est tenue à Khartoum car le Soudan assure toujours la présidence du sommet arabe, intervient à un plus d’un mois du prochain sommet prévu en principe le 29 mars à Riyad.