A Cannes, molle indignation sur le Darfour

Par Thomas Hofnung

Liberation, 17 Février 2007


Le sommet Afrique-France s'est clos sur des déclarations d'intentions.

La crise au Darfour n'aura pas été réglée sur la Croisette. Le sommet Afrique-France, qui a réuni à Cannes les représentants de 49 pays africains, s'est conclu, vendredi, sur une vague déclaration à propos d'un conflit qualifié de «tragédie» par Jacques Chirac. Les participants ont «exprimé leur préoccupation sur la situation humanitaire au Darfour et dans les régions limitrophes, et sur les répercussions de celle-ci sur la stabilité régionale». La guerre au Darfour, qui déborde sur le Tchad mais aussi sur la République centrafricaine, aurait fait plus de 200 000 morts en quatre ans.

Force hybride. La veille, à l'instigation de Paris, les présidents des trois pays impliqués dans le conflit ­ le Soudanais Omar al-Béchir, le Tchadien Idriss Déby et le Centrafricain François Bozizé ­ avaient pourtant paraphé un «accord» réitérant leurs engagements de ne pas soutenir les rébellions croisées actives sur leurs territoires respectifs. Mais à Cannes, le président Al-Béchir y a fait à peine allusion. En revanche, il a confirmé le refus du Soudan d'accorder des visas à une mission de l'ONU sur les droits de l'homme chargée d'enquêter sur les crimes commis au Darfour, assurant que certains de ses membres ne seraient pas «impartiaux». Le président du Soudan a expliqué que son pays n'était pas hostile au déploiement d'une force hybride ONU-Union africaine, à condition que les Nations unies se limitent à un «rôle logistique». Khartoum, qui soupçonne l'ONU d'être la tête de pont des Etats-Unis, refuse le déploiement de Casques bleus.

A défaut d'une avancée sur le Darfour, le président Chirac peut se réjouir de l'adhésion de 18 pays africains au mécanisme d'achat de médicaments Unitaid destiné à lutter contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Financé par une taxe sur les billets d'avion, Unitaid est un projet estampillé Chirac. Au revoir. A quelques semaines de la fin de son mandat, Chirac «l'Africain» a évité tout ce qui aurait pu s'apparenter à des adieux à ses pairs du continent. Sur un ton badin, il a souligné que la réunion de Cannes était son dernier sommet «pour cette année». En 2009, la «famille» franco-africaine devrait se retrouver au Caire. Selon toute vraisemblance sans Chirac.