Tchad-Soudan: l'UA décide de l'envoi d'une "mission d'information"

Redaction

Le Monde , 15 Février 2007

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine (UA) a annoncé mardi soir sa décision d'envoyer une "mission d'information" au Tchad, au Soudan et en Centrafrique, pour tenter de résoudre la crise dans cette région.

"La principale décision est d'envoyer une mission d'information du CPS dans les trois pays pour approfondir les informations recueillies l'année dernière", a annoncé lors d'un point de presse Emmanuel Issoze-Ngondet, ambassadeur du Gabon et président du CPS pour le mois de février.

Selon l'ambassadeur, "le mandat, le format et le calendrier de cette mission reste à préciser".

"La mission du CPS aura aussi à l'esprit d'encourager le gouvernement tchadien à s'engager plus avant dans le dialogue avec les rebelles pour examiner les causes véritables de cette situation conflictuelle", a-t-il ajouté.

"Le CPS a également examiné la question du déploiement d'une force et est d'accord pour demander aux Nations unies de nous apporter assistance pour régler cette crise en assurant la sécurité à la frontière entre le Tchad, le Soudan et la République centrafricaine (RCA)", a-t-il indiqué.

"Il y a une volonté d'organiser une large consultation régionale (...) afin de préconiser une résolution globale de la crise en associant les pays de cette région", a relevé M. Issoze-Gondet.

Le CPS s'est réuni pendant plusieurs heures lundi et mardi au siège de l'organisation continentale à Addis Abeba.

Cette réunion intervenait après une décision du 8e sommet de l'UA, les 29 et 30 janvier à Addis Abeba, dans laquelle l'organisation "exprimait sa grave préoccupation face à la tension dans les relations entre le Soudan et le Tchad et demandait au CPS d'examiner la question de toute urgence".

Les relations entre le Tchad, le Soudan et la Centrafrique traversent depuis des mois des zones de turbulence. La crise du Darfour (province de l'ouest du Soudan en guerre civile depuis 2003) s'est propagée à l'est tchadien et au nord-est de la Centrafrique.

Lors du sommet de l'UA, les délégations tchadienne et soudanaise s'étaient accusées mutuellement de soutenir des groupes rebelles et le Tchad avait demandé à l'UA de se prononcer sur cette situation.

Le gouvernement centrafricain accuse également le Soudan de soutenir l'une des rébellions qui sévit dans le nord du pays.

L'ONU examine l'idée de déployer une force internationale sur la frontière entre le Soudan et le Tchad pour éviter l'infiltration de rebelles de part et d'autre.